jeudi 24 juin 2021
Accueil | Votre opinion | Le Général Sanogo et consorts, Une bombe sur la tour de la JUSTICE…

Le Général Sanogo et consorts, Une bombe sur la tour de la JUSTICE…

Quel principe d’organisation va-t-il présider aux travaux de la Chambre d’accusation ces jours ci?
On ira fouiller la densité de sa syntaxe, son épure (une sorte d’ébauche à grands traits d’une œuvre)…  Parce  qu’il pourrait être question d’une justice à deux vitesses. On ira ensuite scruter ce qui est des limites de l’agilité d’une justice rendue au nom des citoyens maliens.

Le cas du Général Amadou Sanogo continue de stagner dans les basses eaux où il semble s’y être précipité lui-même. Son activisme derrière les barreaux de sa détention provisoire compensait jusque là en partie les  désillusions. Maintenant, la justice du pays se retrouve devant un autre «  jour du dépassement ».

L’image est donnée pour frapper les esprits. C’est maintenant que l’on va savoir si dame justice a épuisé le produit global du cas Sanogo.

Palme des malentendus ? Le cas Sanogo devient-il une fiction qui masque la réalité des choses comme on le dit et dédouanerait l’Etat malien de ses responsabilités ? En le retenant pareillement dans les liens de la prévention, c’est-à-dire ici d’une action préconçue défavorable à Sanogo lui-même…

Un représentant( ?) d’un procureur général aurait demandé récemment un non lieu pour des généraux (ils sont trois à être cités) en contradiction relève t-on avec les recommandations du juge d’instruction de l’affaire. Piqure de rappel : les miasmes du scandale de la fosse commune de Diago en 2012.

Une plainte fut déposée le 6 Mars 2013 près le tribunal de 1re  instance de la commune II. Ces parents des 21 bérets rouges disparus n’ont pas encore fait le deuil de leurs ambitions.

Ils réclament que justice soit rendue et des obsèques nationales au nom de la Réconciliation nationale. Rappelons que les membres de l’Association des parents des victimes disent qu’ils n’ont eu droit à aucune audience des plus hautes autorités de l’Etat à ce jour .Allons-nous reprendre une dose de notre bon vieux Soumbounou qui disait « quand une injustice est commise, c’est l’ordre social qui est blessé » ? Pourquoi Sanogo est –il une « mauvaise proie » pour la justice ? A la suite de ce procès, s’il a lieu ou pas, on devrait y voir un peu dans la prétention des maliens d’imposer leur conception des droits de l’homme et de promouvoir la démocratie comme une meilleure garantie de la sécurité et de la prospérité.

On verra bien, si elle sera contestée .Dans lequel cas, on saura aussi  si la justice, la nôtre, est une construction ordonnée autour de quelques pôles, concernant quelques relations bien codifiées. On se remémore après coup, tout ce qui a été dit sur des liens présumés de soutien entre le Résident actuel à Koulouba et la junte de 2012.

Ce qui est marrant,  les détenus ne sont pas arrivés à ce jour à se construire un discours d’opposant contre ce pouvoir actuel, suffisamment structuré. S’il devait avoir rupture, ne serait-elle pas une « fausse rupture » ? Un vent de fronde existerait toujours contre les anciens tombeurs d’ATT. Aujourd‘hui la solitude du général Sanogo relativiserait la portée de ses attaques.

C’est la solitude de l’incarcéré somme toute. Comme pour traverser une zone de turbulences, cette agilité de notre justice que l’on peut subodorer, ne pourra montrer que des limites. Peu à peu les arguties juridiques finiront par s’amenuiser.

La cohérence d’abord. La justice pense-t-elle que les maliens lui sauront gré d’essayer de résoudre leur problème avec le cas Sanogo et consorts avec pragmatisme ? Plus les résultats tardent, plus le doute s’installe, plus les désillusions seront fortes.

Il ne faut pas  que nos compatriotes viennent à dire que c’est le cas  du général Sanogo  qui a construit la justice. Il aurait pu le détruire. Seule satisfaction : l’institution aura porté ce dossier.
S    KONE
LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

L’avenir sociopolitique au Mali: « Il faut un esprit patriotique de tous, dans une union sacrée autour de notre beau pays, le Mali, pour sortir définitivement de cette crise sempiternelle », Hamidou Farota

Trois questions à Hamidou Farota, président de l’Union des jeunes pour un Mali uni et …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils