mardi 23 avril 2019
Accueil | Société | Quand Boubèye répond du tic au tac : «Franchement, on n’est pas plus impressionné que ça»

Quand Boubèye répond du tic au tac : «Franchement, on n’est pas plus impressionné que ça»

Juste après le meeting organisé par les musulmans du Mali, dimanche 10 février 2019, au Stade 26 Mars, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga fait une sortie fracassante. Avec mépris, sur une vidéo, l’air embarrassé, il s’exprime sur les 50 millions retournés par Mahmoud Dicko et qualifie la scène de « théâtralisation», tout en minimisant le rassemblement.

En effet, quelques heures après le meeting du dimanche organisé par Mahmoud Dicko, au Stade 26 Mars, « Le Tigre » est sorti pour bondir le plus long possible dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Embarrassé, il grattait de temps en temps la tête. On comprend tout de suite qu’il est mal à l’aise. Il prend la parole par ces mots : «On  n’a  vu rien de fondamentalement  bizarre. Nous avons fait ce qu’il fallait faire lorsque nous avons été informés que le HCIM voulait organiser une journée de prières pour la paix et la cohésion. Bien sûr, nous avons fait ce qu’il fallait faire».

Selon le Premier Ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, quand ils ont appris (lui et son Gouvernement) que ce n’est pas une initiative unitaire, ils ont réduit le niveau de l’appui. Et il rajoute : «On a à faire à des acteurs hybrides qui poursuivent le même objectif politique sous différentes facettes… ». Après il enfonce le clou avec ces propos: «Si nos Adversaires étaient si forts, on ne serait pas ici. Tous ceux qui agitent sont des gens qui ont voté et fait voter contre nous et continuent d’agir contre nous». Et, pour conclure, il dira : «Nous continuerons de faire face et nous resterons mobilisés, vigilants et déterminés».

Dans toute cette affaire, à tort ou à raison, de toute évidence, chacun défend son côté. Mais ce qui est troublant et choquant, c’est de voir un porteur de billets de Banque, traverser toute la ville de Bamako, pour livrer 50.000.000 dans un sac à un Responsable d’une Association au moment où des Banques sont à la portée de tout le monde. Quel bel exemple pour combattre la corruption ! 50.000.000 FCFA, c’est beaucoup, en tout cas pour nous. En réalité, des indiscrétions nous ont informés de cette pratique digne de la Mafia, est couramment utilisée par  plusieurs de nos Responsables afin de recevoir de l’argent sale provenant de la corruption dans des sacs similaires au travail, à la maison ou au champ. Voir circuler une telle somme dans un pays où un enfant peut mourir par manque de soins pour une somme dérisoire, c’est aberrant. Mais bon, c’est devenu tellement ordinaire que, finalement, cela n’a plus d’importance pour nos Dirigeants. Sinon, comment comprendre qu’une association, quelle qu’elle soit, reçoit une pareille  liquidité  sans reçu, aucune trace. Si Dicko n’avait pas filmé et fait circuler la vidéo, ça pouvait rester dans l’anonymat. On se demande alors quel nom on pourra attribuer à un acte de ce genre, si ce n’est la corruption. Chapeau !

À quoi servent les chèques de trésor ou de Banque ? En tout état de cause, nous pensons qu’opter pour un virement ou un chèque était le plus approprié.

Par ailleurs, pourquoi envoyer la moitié si toutefois c’est une initiative unitaire ? Donc, cet argent est bel et bien destiné à Dicko et non au HCIM?

Autant de questions qui nous brûlent les lèvres…Finalement, nous sommes restés à nos faims.

Bathily Sadio : LE COMBAT

 

Rédaction

Voir aussi

URBANISME : Le ministre de l’Habitat otage des logements sociaux

Après des mois de longues attentes, les demandeurs de logements sociaux mettent la pression sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :