lundi 18 juin 2018
Accueil | INTERVIEWS | MODIBO DIALLO, START UP : Tout sur motostoremali un produit innovant

MODIBO DIALLO, START UP : Tout sur motostoremali un produit innovant

Une interview du promoteur de motostoremali, Modibo Diallo, qui rêve de vendre toutes sortes de motos au Mali.

Le Confident : Comment décririez-vous votre start-up motostoremali ?
Une entreprise spécialisée dans la vente des motos en tous genres.

Le Confident : Comment la décririez-vous en une seule phrase ?
Pour tous vos besoins en motos, une seule destination motostoremali.

Le Confident : Pourquoi avez-vous créé votre start-up ?
Pour permettre à tous les Maliens de connaitre toutes les marques de moto qui existent sur le marché malien et faire de sorte qu’il y ait au moins une moto dans chaque famille malienne.

Le Confident : Quelles sont vos forces, faiblesses, opportunités et menaces ?
Mes forces sont mes relations avec tous les grands fournisseurs de motos au Mali, ma bonne connaissance du marché de motos pour avoir évolué près de 10 ans dans le secteur. Mes faiblesses sont le manque de personnel. Les opportunités sont : recruter un personnel adéquat et qualifié pour gérer l’entreprise, être représentant exclusif d’une marque ici au Mali. Les menaces : les motos d’occasion et la volatilité du prix des motos sur le marché.

Le Confident : Quels sont les principaux clients de votre start-up ?
Les jeunes, les étudiants principalement, les fonctionnaires. En un mot tous les utilisateurs de motos.

Le Confident : Comment faites-vous pour vous faire connaître par vos clients ?
En faisant de la publicité sur les medias sociaux, en l’occurrence Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn ; les journaux et la radio.

Le Confident : Quels partenaires stratégiques avez-vous besoin de mobiliser davantage ?
Les médias télévisés, les départements de l’administration publique, une institution financière, une structure pour m’incuber ou me coacher.

Le Confident : Qui sont vos concurrents et qui pourraient le devenir ?
Mes concurrents sont les autres revendeurs de motos. Les autres internautes pourront aussi me concurrencer.

Le Confident : Quelle est l’offre de référence, son prix et comment est-elle vendue ?
Sur le marché malien, l’offre de référence est la moto Jakarta KTM, son prix aujourd’hui est de 375 000 F. Elle est vendue sur place, en caisse.

Le Confident : Quel est votre particularité par rapport à vos concurrents ?
Mes études de gestionnaire me différencient, mon profil de chef d’entreprise aussi. Je fais du web marketing pour faire connaitre mon profil. Je mène une activité légale (RC MA.BKO.2017.A9844). Je connais les fonctionnalités techniques de toutes les motos que je vends. J’assure le SAV (service après-vente). Je fais souvent des ventes promotionnelles.

Le Confident : Quel est votre chiffre d’affaire annuel et il sera combien dans 3 ans ?
Mon chiffre d’affaire annuel est de 5 000 000 F CFA et si tout va bien et sans financement extérieur je peux atteindre dans 3 ans 10 000 000 F C FA.

Le Confident : De combien d’argent votre start-up a-t-elle besoin pour se développer (coût du projet) ?
Un montant de 16 000 000 F CFA (charges de personnel incluses).

Le Confident : Comment comptez-vous gagner de l’argent (business model) ?
En ayant un partenaire financier qui me permettra d’atteindre un niveau supérieur.

Le Confident : Quel est le financement actuel ?
Je travaille sur fonds propres.

Le Confident : Que recherchez-vous en postulant à ce concours ?
Faire connaitre mon start-up au plus grand nombre de Maliens, remporter le prix Siefor.

Le Confident : Avez-vous déjà bénéficié d’un accompagnement dans le passé ?
Non jamais.

Le Confident : Qu’avez-vous déjà réalisé ?
Des investissements dans la publicité (radio et presse écrite, Facebook ads, création de site)

Le Confident : Quelles sont les prochaines grandes étapes du développement de votre start-up ?
Ouverture de deux boutiques de vente (une a la rive gauche et l’autre a la rive droite, recrutement de personnel, participation aux foires et expositions…

Le Confident : Dans 12 mois, où vous voyez-vous ?
Étant déjà installé comme une réelle entreprise avec tout le personnel.

Le Confident : Comment voyez-vous votre entreprise dans 3 ans ?
Concurrencer les plus fortes dans ce domaine.

Le Confident : Comment votre offre va-t-elle évoluer dans les prochaines années ?
Avec les jeux concours et vente promotionnelle, ma stratégie marketing, nous comptons augmenter notre offre.

Le Confident : Pourquoi êtes-vous, ou pourrez-vous être, le meilleure dans votre secteur ?
Je suis le meilleur parce que je crois en mes motivations et mes compétences (chef d’entreprise de formation, près de 10 ans dans le domaine des motocycles)

Le Confident : Quels sont vos manques actuels ?
J’ai besoin de deux commerciaux, d’une boutique de vente et un magasin de stocks, deux mécaniciens pour assurer le SAV.

Le Confident : Quelle est votre expérience entrepreneuriale, au sens large ?
Aucune expérience en dehors des formations en gestion d’entreprise (comptabilité, marketing) à la Faculté.

Le Confident : Si votre start-up échouait, quelle serait votre réaction ?
Je resterais optimiste.

Le Confident : Que pensez-vous du prix Siefor start-up ? Et pourquoi ?
Très encourageant, car il permet de développer l’entreprenariat des jeunes.

LE CONFIDENT | lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

PERIODE DE FORTE CHALEUR : Les conduites à tenir pour préserver la santé ?

Dans un entretien accordé à notre rédaction, Dr. Modibo Mariko, endocrinologue à l’Hôpital du Mali, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *