mardi 20 novembre 2018
Accueil | Société | Manif. pour la route Bamako-Kayes : Le paradoxe des Kayésiens

Manif. pour la route Bamako-Kayes : Le paradoxe des Kayésiens

Une grande  marche pour le revêtement de la route Bamako-Kayes  a eu lieu  dans la capitale des rails. Cette manifestation des populations de la première Région a pour motif principal de rendre praticable cette route si importante dans l’économie même de notre pays. Mais, paradoxalement, lors de la visite du Chef de l’État la semaine dernière,  personne n’a soulevé le dossier. En revanche, c’est un accueil digne de foi qui lui a été réservé. Or, quand on dit de transmettre un dossier à qui de droit, et c’est au Président de la République de le soumettre, c’est lui le Responsable Suprême de l’État. Alors cette attitude des Kayisines ressemble à l’hypocrite. Pourquoi faire croire à IBK que tout va bien puis  se plaindre après son départ. 

En effet, 72 heures après la visite du Président IBK dans lla ville de Kayes, à l’occasion de l’inauguration d’une centrale électrique, les Kayésiens manifestent, à travers une marche pacifique, pour exiger la réhabilitation de la route Bamako-Kayes.

Il faut tout de même reconnaitre que cette même Région fut au cœur  de beaucoup de  revendications  formulées par les populations de Bamako en leur faveur.  Et ce fut toujours pour l’amélioration et le développement de la première  Région. Notamment,  pour les chemins de fer et sa route. Mais si c’est toujours avéré qu’à chaque fois le Président IBK est chez eux, les Kayésiens paniquent et oublient tous leurs vrais problèmes. Par exemple, lors  de leur marche, les manifestants  ont surtout dénoncé    le manque de scanner dans l’Hôpital régional de Kayes, l’affaire des prisonniers de Kéniéba, la route de Kayes-Bamako, les problèmes de taxes à Yelimané, etc.

Selon des informations qui circulent, 20 millions de francs CFA seraient donnés à la société civile pour préparer la visite d’IBK. Cela aurait-il suffi pour faire oublier les problèmes de la Région devant IBK ? Pourquoi la société civile, les notabilités, la jeunesse et la population de Kayes n’ont-ils pas osé parler de leur route de Kayes à IBK de face à face ? C’est le comble de l’hypocrisie.

Il faut rappeler que cette route qui tue à longueur de journée mérite d’être réhabilitée.

Selon le Ministre des Transports, le Gouvernement a dégagé une enveloppe budgétaire de 350 milliards de francs CFA pour réhabiliter l’axe Kati-Kolokani-Diéma-Kayes. Où est cet argent alors ? (gros point d’interrogation).

Donc, en lieu et place de cette marche, il fallait porter à la connaissance du Président IBK lors de son voyage à Kayes, du problème posé.  Peut-être, lui aurait pu trouver la solution. Ce sont  des occasions à ne pas rater.

Abdoulaye Faman Coulibaly : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Cessation des bavures policières : Le bout du tunnel, pas sous l’ère IBK

Seulement cinq mois après la constitution de la commission tripartite (Presse-Ministère de la Défense-Ministère de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :