dimanche 13 juin 2021
Accueil | Politique | Traité de spéculateur foncier : Moussa Mara porte « plainte » contre Oumar Mariko

Traité de spéculateur foncier : Moussa Mara porte « plainte » contre Oumar Mariko

Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, le président du parti SADI, accuse l’ancien Premier ministre Moussa Mara d’avoir pillé les deniers publics du pays, mais aussi « dans la spéculation foncière » quand il fut Premier ministre du Mali.

Tout est parti d’un coup de fil adressé au président de SADI, Oumar Mariko par le secrétaire du parti Yelema dans l’optique de la formation d’un groupe parlementaire. Une proposition qui visiblement n’a pas plus le dinosaure de Kolondiéba qui n’a pas encore digéré sa défaite se positionnant en tête de la contestation dans la capitale de kénédougou.

En effet, ce coup de fil aurait été la buchette qui a allumé le feu entre les deux politiques bien connus. Dans une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux depuis le 4 mai 2020, Oumar Mariko s’en est pris à Moussa Mara, président du Yelema qu’il qualifie de prédateur foncier. Selon le désormais ancien député de Konlondiéba, Moussa Mara a contacté son parti pour la création d’un éventuel groupe parlementaire à l’Assemblée nationale.

« Je ne peux pas créer un groupe parlementaire avec quelqu’un qui a pillé le pays pour ses intérêts personnels. Je faisais partie de la commission d’enquête parlementaire sur le nord. Dans un pays qui se respecte, Moussa Mara ne pourrait plus sortir la tête. Il a vendu le pays », lâche Oumar Mariko sur la toile.

Il est encore allé très loin en accusant l’ancien Premier et désormais député à l’Assemblée nationale d’être « un spéculateur foncier ». « Le président IBK m’a dit en face que Mara est dans la spéculation foncière alors qu’il était Premier ministre », a-t-il ajouté dans cette vidéo.

Des propos fallacieux que le Premier ministre ne compte pas visiblement garder. Certains médias relatent que l’ancien Premier ministre Moussa Mara affirme que son parti a contacté celui d’Oumar Mariko à travers son secrétaire général. Cependant, le député nouvellement élu à l’Assemblée nationale rejette les accusations du patron du SADI. C’est pour cette raison qu’il envisage de porter l’affaire devant la justice pour diffamation afin que la vérité soit établie. Selon Mara, « La plainte est déjà prête ». Et d’ajouter : « On attend qu’il arrive à Bamako pour lui notifier la plainte ».

Komi

Malick Diancoumba

Voir aussi

Transition au Mali: Vers le non-respect du délai par les militaires

Décidément, on voit les militaires venir. Les 9 mois restants ne sont pas tenables pour …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils