dimanche 13 juin 2021
Accueil | Politique | Sous-section ADEMA-PASJ Commune VI: 6 Secrétaires sur les 11 dénoncent le Secrétaire général et exigent l’organisation de la conférence

Sous-section ADEMA-PASJ Commune VI: 6 Secrétaires sur les 11 dénoncent le Secrétaire général et exigent l’organisation de la conférence

La Section majoritaire de la Commune VI du parti Alliance pour la démocratie au Mali-Parti Africain pour la Solidarité et la justice (Adéma-PASJ) a tenu une assemblée générale d’information hier, dimanche 6 juin 2021 au siège de la section, près du Stade du 26 mars. Au menu des échanges, la question du renouvellement des membres de la Sous-section de la Commune VI qui divise les membres de cette formation politique.

La Sous-section Adéma-PASJ de la Commune VI est au centre des tumultes liés à un problème de renouvellement des membres de la section, conformément à la demande du Comité exécutif du parti Adéma. Le Secrétaire général actuel, se refusant le respect et l’exécution des décisions, fait face désormais à une contestation de légitimité sans précédent avec des décisions peu orthodoxes.

« Le 10 avril, une date a été donnée pour l’organisation de la conférence des Sections, prévue le 23 mai 2021. À cette date, le Président n’a pas exécuté les décisions de la Section, alors que toutes les décisions de la Section sont exécutoires par le Secrétaire général’’, a expliqué M. Abdoulaye Koné, Secrétaire politique de la Sous-section Commune VI.
Pour lui, dans la mesure où le Secrétaire n’a pas exécuté ces décisions, la conférence n’a, non plus, eu lieu. La situation conflictuelle a obligé la mise en place des commissions de conciliation, pour faire raisonner les candidats, malheureusement celle démarche n’a pas abouti. Ensuite, il a été prévu d’organiser la conférence hier, 6 juin. « Mais les Secrétaires et délégués, ayant constaté que le Secrétaire général n’est pas en train d’exécuter les décisions de la section, la majorité des Secrétaires généraux des sous-sections ont écrit au comité exécutif pour demander d’envoyer des superviseurs pour l’organisation, la mise en place de la Section IV’ ».

Pour rappel, toutes les Sous-sections de Bamako sont mises en place, mais il ne reste que la Section VI. Ceci, parce que le Secrétaire général, à en croire les organisateurs de cette Assemblée, n’a pas une majorité qu’il cherche aujourd’hui en mettant des structures parallèles pour avoir une majorité et faire comme en 2014.

Notons qu’en 2014, ils sont allés renouveler la sous-section à l’hôtel Baobab où ils ont fermé les portes, laissant tous les autres membres dehors. En 7 ans, disent-ils, le Secrétaire général n’a pas pu rassembler et créer la cohésion. En clair, « n’ayant pas la majorité, il fait le dilatoire. C’est pourquoi nous avons décidé de rassembler les militants et les délégués pour leur donner la vraie information », a clarifié M. Abdoulaye Koné.

Récemment à Niamakoro, après avoir renouvelé les délégués validés par les superviseurs, le Secrétaire général a organisé une autre structure parallèle à celle qui a été validée par les superviseurs mandatés puisque n’ayant pas de délégués. Une situation qui dénote de la mauvaise volonté du Secrétaire général.

Aujourd’hui, la section majoritaire demande l’envoi des superviseurs pour organiser la conférence très rapidement le week-end prochain. « Avec 6 secrétaires généraux sur 11, nous avons la majorité écrasante ». « Ce que nous apprenons, ils sont dans une autre posture alors que nous, c’est le parti ADEMA qui veut appuyer le comité exécutif dans la conquête du pouvoir. Nous ne sommes pas là comme eux à vouloir aider un candidat. Nous ne sommes pas dans ce jeu », a averti le Secrétaire politique.

Pour sa part, N’Tji Abdramane Diawara, l’un des candidats pour la Sous-section ne cache pas sa déception. « C’est dommage de constater des tentatives de prise en otage contre la volonté des militants par certaines personnes. Faut-il savoir qu’on a fini le renouvellement de toutes les sous-sections depuis le 10 avril sauf la nôtre ». Celui dont la candidature a été portée par un groupe de 6 Secrétaires sur 11 en termes de bureau entier dit être cependant “heureux de constater que les 11 Sous-sections ont adhéré à notre projet parce qu’il y a des représentants, pas des moindres’’ qui le soutiennent.
Le Comité exécutif doit réagir au plus vite pour éviter que la situation ne s’enlise davantage.
Bourama Kéïta LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Transition au Mali: Vers le non-respect du délai par les militaires

Décidément, on voit les militaires venir. Les 9 mois restants ne sont pas tenables pour …

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils