lundi 17 mai 2021
Accueil | Education | Résultats du DEF, ce fut sans complaisance : 66615 admis sur 221.875 candidats

Résultats du DEF, ce fut sans complaisance : 66615 admis sur 221.875 candidats

Les résultats de l’examen du DEF (diplôme d’étude fondamentale) de la session 2016, déroulé en début de juin dernier, sont tombés ce samedi 9 juillet, soit juste après un mois et trois jours plus précisément de la première épreuve. En fait, c’est la formule consacrée depuis la suppression de l’examen du CEPE (Certificat d’Études Primaire et Élémentaire) en 2009. Et le taux d’admission a été de l’ordre des 30% ; ce qui constitue un bilan mitigé au terme de l’année scolaire 2015-2016 qui s’est avérée relativement calme.

Ils étaient, cette année, au nombre de 221.875 candidats à participer à l’examen du DEF. Leur tout premier examen ; car, le CEPE n’est plus qu’un souvenir lointain pour les élèves du fondamental dans notre pays supprimé depuis les années 2009.C’est suivant la logique de faire de l’enseignement fondamental un et unique Bloc appelé « l’Enseignement fondamental». A partir de cet instant, c’est-à-dire depuis 2009,il y a 7 ans de cela, c’est la fin du tout premier cycle en tronc commun (appelé Bloc unique) du fondamental que les élevés maliens franchissent leur tout premier examen par le DEF. Soit un examen pour les deux premiers ordres de l’enseignement à savoir « le premier cycle » avec des enseignants généralistes et des spécialistes pour le second cycle tous sortis des IFM (deux ans pour les détenteurs du Baccalauréat et 4 ans pour ceux qui y intègrent avec le DEF).

En effet, il faut signaler que les résultats du DEF de l’année académique 2015/2016,aussi bas soit-il, reflètent bien le niveau, la valeur intrinsèque de nos actuels élèves. Les raisons de cette baisse de niveau s’expliquent par le pléthore des effectifs dans les salles de classes.

Au passage, l’on retiendra qu’actuellement au Mali, l’âge minimum d’inscription à l’école primaire est de 5 ans et le maximum de révolus. Toutefois, pour des cas strictement exceptionnels, la fourchette d’âges va de 4 à environ 7 ans cela. L’objectif visé est de permettre à un maximum d’enfants d’avoir la chance d’être scolarisés et de pouvoir supporter le rythme des cours d’enseignement dans le système éducatif en vigueur ou de s’y adapter facilement tant intellectuellement et physiquement que psychologiquement et pédagogiquement.

Côté des résultats, il faudra y tenir aussi en compte du niveau des maîtres qui semble être, dans l’ensemble, bas et dont les conséquences se répercuteront inévitablement sur celui des enfants qu’ils enseignent. En outre, il y a le manque d’autorité au sein de l’école qui jouera également sur les rendements à tous les niveaux du système d’enseignement en vigueur. Cependant, il faut reconnaître que des efforts colossaux ont été déployés par les autorités politiques et scolaires pour maintenir un climat de sérénité et de sérieux à l’école. C’est ce qui aura même permis d’éviter cette année des cas de fraudes et de fuites de sujets au cours de cet examen.

En tout état de cause, comme l’enseigne la sagesse, au «pays des aveugles, les borgnes demeurent les rois ». C’est-à-dire que si les élèves, dans leur majorité écrasante, ne sont pas de très bon niveau, cette année ce sont les moins mauvais d’entre eux qui viennent de réussir à leur examen du DEF.

Abdoulaye Faman Coulibaly : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

SADI FACE À LA PRESSE: Le parti exige à l’État de payer l’aide aux partis politiques  

‘Le Bureau exécutif national du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) a …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils