jeudi 4 mars 2021
Accueil | Politique | Présidentielle 2022 : l’ADMA-PASJ sonne le retour

Présidentielle 2022 : l’ADMA-PASJ sonne le retour

Est-ce un retour en force ou un effet d’annonce ? En tout cas, le président du Parti ADMA, Pr Tiémoko Sangaré n’en démord pas.  Son parti, à l’entendre, jouera les premiers rôles aux échéances à venir.  L’Adema veut positionner “son propre candidat à l’élection présidentielle’’, affirme Tiémoko.

Géniteur de presque toutes les grandes formations politiques du Mali, l’Alliance pour la démocratie au Mali – Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-PASJ) a fabrique aussi de grand politique et surtout activement contribué à faire de plusieurs candidats des présidents, ou d’hommes politiques incontournables. Après plusieurs échecs, le parti veut revenir en force sur l’échiquier politique en tant que parti panafricain dignement représenté.  “En 2022, l’Adema sera au pouvoir…’’, promet son résident, Pr Tiémoko Sangaré. Selon lui, pas question pour l’ADEMA de rejoindre l’opposition politique. Il répondait aux questions lors de la cérémonie de présentation des vœux du parti à la presse qui s’est tenue à son siège sis à Bamako-Coura. Il a tenu à préciser qu’à la prochaine élection présidentielle, l’ADEMA aura son candidat. Bien que le candidat qui défendra les couleurs de l’Abeille n’ait pas encore connu, son président rassure que le parti sera présent à tous les autres rendez-vous électoraux.

Cependant, il est conscient des difficultés qui ont marqué l’année 2020 qui vient de s’achever et a mis en exergue de nombreux problèmes, dont la fragilité du système démocratique du pays en référence au putsch du 18 août dernier, la pandémie du coronavirus et les attaques terroristes récurrentes avec leur lot de conséquences sont entre autres défis à relever.

Selon Pr Tiémoko Sangaré, il faut une union pour faire face aux difficultés actuelles. “Notre conviction à l’Adema-PASJ est que nous ne pourrons jamais relever les multiples défis auxquels notre pays fait face dans la désunion politique et sociale’’, a-t-il soutenu faisant comprendre l’impérieuse nécessité d’une union sacrée.

Le parti, le plus vieux et mieux implanté au Mali et en Afrique sonne-t-il son retour au regard de la restructuration en cours ? Le Pr Tiémoko Sangaré a attesté que l’ADEMA est au mieux de sa forme, avec en projection l’organisation correcte des congrès du mouvement des femmes, de celui des jeunes et du parti. Occasion pour lui de rappeler que l’offre politique du parti pour le Mali, c’est la poursuite du «Projet ADEMA». Ce projet porte sur la conquête des libertés, de la démocratie en vue de la création des conditions de vie meilleure pour les Maliens. Et le bureau qu’il dirige travaille au rassemblement de la grande famille du parti.

Sur la transition

Au sujet de la transition, le président de l’ADMA estime que son parti est disposé à apporter tout son concours pour la réussite de la Transition dans les délais fixés. Mais cela ne peut se faire qu’à une seule condition : dans “une totale inclusivité et la concertation, en associant toutes les forces sociopolitiques du pays’’, mais aussi en se focalisant sur ses missions essentielles assignées.

Au sujet des réformes, l’ADMA préconise qu’«il faut aller vers une révision à minima de la Constitution en y modifiant les dispositions qui à la pratique sont source de difficultés».

Bourama Kéïta

Malick Diancoumba

Voir aussi

Affaire dite de “déstabilisation de la transition’’: Annulation de la procédure, des mandats de dépôt et libération des détenus

La réouverture des débats sur l’affaire dite de déstabilisation de la transition a été faite …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils