vendredi 16 avril 2021
Accueil | Education | POUR L’AMELIORATION DE L’EDUCATION: La Banque mondiale offre au Mali plus de 77 milliards Cfa

POUR L’AMELIORATION DE L’EDUCATION: La Banque mondiale offre au Mali plus de 77 milliards Cfa

 

La Banque mondiale a offert au Mali 140,70 millions de dollars (plus de 77 milliards de F Cfa) pour financer le Projet d’amélioration de la qualité et des résultats de l’éducation pour tous au Mali (MIQRA), a annoncé ce mardi un communiqué de sa représentation au Mali.

 

«Ce projet permettra d’atteindre plus de 4 millions de bénéficiaires directs et indirects incluant les élèves fréquentant les écoles ciblées et les enseignants des écoles maternelles, fondamentales et secondaires», a déclaré Mme Soukeyna Kane, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Mali. L’objectif du MIQRA est d’améliorer les résultats d’apprentissage en début de primaire dans les zones ciblées ; de promouvoir l’accès des filles au premier et au second cycle de l’enseignement secondaire dans les zones mal desservies et d’améliorer la gouvernance du système éducatif.

La directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Mali a, au cours de la cérémonie de signature de la convention avec le ministère malien de l’Economie et des Finances ce mardi, mis en exergue des «défis significatifs et persistant, relatifs à la qualité de la prestation de l’éducation, l’équité et la gestion globale du secteur». Selon la Banque mondiale, plusieurs études et évaluations démontrent que la plupart des indicateurs d’éducation du Mali restent parmi «les plus faibles de la sous-région» avec un «accès insuffisant et inéquitable» à l’enseignement fondamental et secondaire ; de faibles résultats d’apprentissage dus à la qualité de l’éducation et la «faible gouvernance» du secteur, particulièrement la gestion des enseignants et des écoles privées.

Sans compter que le système éducatif malien reste également confronté à la persistance de la crise sécuritaire, politique, institutionnelle et économique faisant suite au coup d’Etat de 2012 ainsi qu’à l’apparition, depuis mars 2020, de la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19.

Dans les régions du nord et du centre du Mali, les infrastructures, le matériel et les ressources éducatives sont la cible de fréquentes attaques. Dans un rapport datant de novembre 2020, Cluster Education a dénombré dans ces zones 1 344 écoles fermées pour diverses raisons affectant plus de 403 000 enfants et plus de 8 000 enseignants.

Tous ces facteurs réunis indiquent «l’importance de rester tous engagés pour relever les défis liés à l’apprentissage», a souhaité Mme Kane. A noter que la Banque mondiale accompagne le gouvernement du Mali à faire face aux nombreux défis qu’il doit relever pour faciliter l’accès de tous les enfants à une éducation de qualité. Cet accompagnement se traduit par le Projet de développement des compétences et emploi des jeunes (PROCEJ) et le Projet d’appui au développement de l’enseignement supérieur (PADES). Ces initiatives font suite notamment au Projet d’urgence éducation pour tous (PUEPT), clôturé en 2017.

«Convaincue de l’impact de l’éducation sur le développement», Mme Kane a exhorté toutes les parties prenantes du secteur (parents d’élèves, comités de gestion scolaires, élus locaux, partenaires techniques et financiers) à «collaborer pour une éducation inclusive, équitable et de qualité pour tous les enfants de notre cher Mali» !

Aïssata Bâ LE MATIN 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Ministère de l’Education Nationale: Le calendrier scolaire pour l’année 2020-2021 enfin connu!

  Le ministère de l’Éducation Nationale a publié le calendrier scolaire 2020-2021 à travers un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils