vendredi 14 juin 2024
Accueil | Politique | Pôle économique et financier de Bamako: Des milliards auraient été restitués en catimini  

Pôle économique et financier de Bamako: Des milliards auraient été restitués en catimini  

 

 

Depuis le début de la nouvelle phase transitoire, la lutte contre la corruption est devenue de plus en plus le principal sujet d’actualité : elle est sur toutes les lèvres depuis des mois. En raison des nombreuses pressions exercées par le nouveau pôle économique, beaucoup se dépêchent afin de régler leurs factures en catimini.  

Publiés récemment, le rapport annuel du Bureau du Vérificateur Général (BVG) et celui de l’Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (OCLEI) créent la panique dans les rangs des responsables, présumés détourneurs de deniers publics. Selon nos informations, certains se sont déjà rendus au pôle économique et financier de Bamako pour déposition volontaire des montants qu’ils auraient piqués. Selon certaines autres sources, cette semaine, face à la détermination du pôle économique de Bamako dans la lutte contre la corruption sous l’ère Mahamadou Kassogué, actuel ministre de la Justice, Garde des Sceaux, les “voleurs’’ sont à pied œuvre pour restituer les fonds avant leur convocation.

Il nous est revenu que depuis la publication du rapport du Bureau du Vérificateur Général (BVG) et celui de l’Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (OCLEI) courant exercice 2020, la salle d’attente du pôle économique de Bamako ne désemplit pas de certains responsables incriminés, cités dans les rapports de contrôle de gestion.

Selon notre source, il s’agit des opérateurs économiques, des anciens ministres ou simplement des dignitaires du régime défunt. « Un opérateur économique est parti verser 4 milliards CFA. Il y a eu aussi d’autres personnes qui sont venues restituer volontairement beaucoup d’argent », révèle notre source.

 Lorsqu’on reconnaît que l’on a fait défaut dans la gestion en touchant à l’argent public, l’on se livre à la justice, surtout lorsqu’on sait qu’il n’y a pas de solutions ou de portes de sortie. Cela est le cas de nombreux fonctionnaires, administrateurs de l’État du Mali, dont nous allons évidemment taire les noms, qui vont en douceur afin de verser l’argent volé à l’État, à son pays. Ce à quoi beaucoup aujourd’hui seraient en train de s’atteler depuis que le changement opéré suite au second coup d’État militaire le 24 mai dernier contre le président Bah N’Daw et son Premier ministre, Moctar Ouane. Personne n’aurait, en cet instant-ci, envie de voler au risque de perdre tous ses biens. C’est ce que le nouveau pôle économique voudrait dans son règlement afin de mettre définitivement fin aux malversations financières et d’autres délits liés à cet aspect. Autant dire pour l’instant que les mesures qui sont en train d’être dévoilées ou prises marchent formidablement bien. Dr. Moumouni Guindo, le président de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI) et son équipe de travail redonnerait confiance au peuple du Mali, qui a beaucoup souffert dans son for intérieur depuis plusieurs années. Le mal est extrêmement insupportable. Les sanctions à infliger aux coupables devraient servir de leçons à ceux qui toucheront encore à l’argent public, c’est-à-dire qu’ils doivent être jugés selon les lois de ce pays. Alors, il faut que la justice fasse son travail.

DIAWARA LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

RENFORCEMENT DU PARC INDUSTRIEL MALIEN: L’Huicoma relancée après la Comatex et l’Umpp pour asseoir la souveraineté économique ?

La semaine dernière, la Compagnie Malienne de Textile (COMATEX) a officiellement repris ses activités de production après …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils