mardi 7 décembre 2021
Accueil | Editorial | Mot de la semaine : Condamnation

Mot de la semaine : Condamnation

C’est main dans la main que Majorité et Opposition ont entonné l’Hymne National du Mali à la très symbolique place de la Paix pour non seulement condamner l’attaque barbare du MOC à Gao, mais aussi et surtout soutenir les Forces Armées et de Sécurité du Mali. Ils étaient presque tous présents pour témoigner leur solidarité et leur compassion comme pour dire que face aux dures épreuves, les querelles politiciennes cèdent la place au Mali. Tous les éléphants de la scène politique malienne étaient au rendez-vous sur le parvis du monument de la Paix, à commencer par le Président du RPM et de la CMP, Bocari Tréta, du Chef de file de l’Opposition et Président de l’URD, l’honorable Soumaila Cissé. Aux côtés de ces deux têtes de proue, on pouvait apercevoir, entre autres, les anciens Premiers ministres Modibo Sidibé et Moussa Mara, le Président de l’ADEMA Tiémoko Sangaré, Soumeylou Boubéye Maiga, Tiébilé Dramé, Ibrahima N’Diaye, Younouss Hamèye Dicko, Amadoun Konaté, Karim Keita, Mahamane Baby, Amadou Koita, Choguel Kokalla Maiga, Mountaga Tall, Djibril Tangara. La liste est loin d’être exhaustive. La classe politique dans son écrasante majorité a condamné, sans ambages, cet attentat d’une autre époque perpétré par des hommes sans foi ni loi, mus par le seul dessein que de faire du mal. La belle image du Rassemblement de la Majorité et de l’Opposition a fait le tour des réseaux sociaux. Et ils sont nombreux, ceux qui ont applaudi des deux mains cette rare retrouvaille de la classe politique pour condamner le terrorisme et soutenir les FAMA qui traversent des moments très difficiles. Bocari Tréta et Soumaila Cissé à la tête d’une forte délégation se sont également rendus au chevet des nombreux blessés de l’attaque de Gao dans les différentes structures hospitalières de la capitale et de Kati, pour leur souhaiter prompt rétablissement en même temps leur apporter un soutien en nature. Disons tout simplement que la classe politique malienne semble atteindre une certaine maturité et commence à comprendre qu’au-delà de tout, qu’il n’y a que le Mali qui compte.
En définitive, cette belle unanimité de la classe politique autour du Mali ne doit pas faire perdre de vue les immenses problèmes auxquels les citoyens sont confrontés. Il faudrait, dès à présent, que la politique reprenne ses droits pour toujours et encore parler du Mali. Dans le cas échéant, le citoyen lambda crierait au complot et à la trahison de la classe politique contre le Peuple et affirmerait à coup sûr que Majorité et Opposition, c’est Blanc Bonnet, Bonnet Blanc. Donc, Vivement les débats politiques citoyens entre l’Opposition et la Majorité au grand bonheur du Peuple malien.
Youssouf Sissoko
youssouf@journalinfosept.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Le Mali est à la croisée des chemins

  Embourbé depuis 2012 dans une profonde crise, après l’ignoble coup d’Etat perpétré par le …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils