samedi 24 septembre 2022
Accueil | Important | MISE EN PLACE DES AUTORITES INTERIMAIRES : Gao rejette la date indiquée et pose ses conditions !

MISE EN PLACE DES AUTORITES INTERIMAIRES : Gao rejette la date indiquée et pose ses conditions !

Conformément aux résolutions de l’entente conclue entre le gouvernement et les groupes armés, la mise en place des autorités intérimaires était prévue du 1er au 10 novembre, conformément au Décret 2016-0784/ P-RM du 14 octobre 2016. Contre cette mesure du gouvernement, les organisations et associations de la société civile, mouvements et diaspora de la région de Gao ont adressé une déclaration aux autorités publiques, dite ‘’déclaration de Gao’’, signée par le président de la Commission mise en place, M. Oustaz Imrane. H. Cissé. Dans cette déclaration, les responsables de la société civile de Gao constatent une injustice du gouvernement contre d’une part la région de Gao et d’autre part, la communauté des sédentaires de Gao (la majorité de la population). Cela en considération des conclusions issues des pourparlers avec la mission gouvernementale, dépêchée le 04 aout à Gao, suite à la marche du 12 juillet de la population contre la mise en place des autorités intérimaires. Ainsi que le communiqué N°001 de la jeunesse contre la liste « sélective et non consultative des autorités intérimaires ». Que la population de Gao porte à la connaissance de la communauté nationale et internationale, « le rejet en bloc de la mise en œuvre des autorités intérimaires du 1er au 10 novembre dans la région de Gao ».
Dans la même déclaration, ils demandent la création de régions de Bamba, Bourem et Ansongo. Ainsi que de nouveaux cercles : Téméra Taboye, Sonni Ali Ber, Askia Mohamed, Gounzourey, Gabero, Bara, Boura, Ouatagouna. Ce n’est pas tout, ils demandent la division de la Commune urbaine de Gao en 4 communes.
Au-delà de ce refus contre la mise en place des autorités intérimaires, Gao rejette la tenue des prochaines communales. « Gao n’accepte plus qu’une ou deux personnes siègent à Bamako pour décider de son avenir. Car, cette population a le droit d’être : informer, sensibiliser et associer à toutes les décisions la concernant » conclue cette déclaration.

Rassemblées par Moustapha Diawara

Djibril Coulibaly

Voir aussi

DIEMA: Des Bus attaqués par des bandits armés

Un Bus de transport et un véhicule de la société GREENTEC.sarl ont été la cible d’une attaque par trois bandits armés non identifiés. Ils ont dépouillé tous les passagers de tous leurs biens et tiré sur la voiture. Le véhicule de la société a été emporté par eux, selon des sources. La scène s’est déroulée en début de semaine à Dalibera, un village situé sur l’axe Sandaré-Diéma. La première région administrative, Kayes et ses environs, notamment le cercle de Yélimané, Kéniéba, Kita, Diéma sont victimes d’attaques terroristes ces derniers temps. L'un des véhicules de la société Africa GREENTEC.sarl et un car de transport ont, en début de semaine à Dalibera, un village situé sur l'axe Sandaré-Diéma, été la cible d’une attaque. 

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils