vendredi 1 juillet 2022
Accueil | Politique | Ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale : quand le DFM pactise avec les agences de voyage pour voler l’Etat et le contribuable malien

Ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale : quand le DFM pactise avec les agences de voyage pour voler l’Etat et le contribuable malien

Décidemment, la punition des délinquants financiers qui pillent l’Etat à longueur journée, au vu et au su des organes de contrôle, n’est pas pour demain. L’on se demande quand il sera mis définitivement fin à ses pratiques peu orthodoxes qui plongent chaque jour notre pays dans la pauvreté et ferment toute perspective de croissance et de création d’emploi devant notre jeunesse.

Au ministère des affaires étrangères, depuis toujours, les mouvements diplomatiques constituent une véritable opportunité pour la DFM et les agences de voyage de s’enrichir sur le dos de l’Etat par la surfacturation au triple des billets, excédents de bagages et frets accordés aux agents diplomatiques. Les marchés sont attribués de gré à gré en violation des procédures de passation des marchés à des agences de voyage dont certaines sont même souvent fictives.

Cette pratique a atteint son paroxysme avec le passage d’un certain HTC ministre des Affaires étrangères avec un certain DFM I C qui sera récompense davantage par une nomination comme secrétaire agent comptable en Turquie. Il faut rappeler que ce fameux ex ministre des affaires étrangères et toujours ministre du reste n’a nommé durant son passage que des COULIBALY.

La pratique frauduleuse s’est poursuivie jusqu’ récemment avec le DFM S .D qui a lui aussi été récompensé de ses forfaits et nommé secrétaire agent comptable à Bruxelles.

La procédure est la suivante : la DFM établit un bon de transport ( billets , excédents de bagage fret et conteneur) en surfacturant au triple, au nom de l’agent diplomatique et sa famille . Il est ensuite demandé à l’agent diplomatique de prendre contact avec une agence complice de la place. Quand ce dernier prend contact avec l’agence, cette dernière lui propose cette fois de lui remettre en argent, la contrevaleur réelle des titres de transports auxquels il a droit, soit le tiers du bon de commande surfacturé, les deux tiers sont retenus par l’agence pour être partagé avec son complice qu’est la DFM du ministère des Affaires étrangères.

L’on comprend pourquoi, on n’a jamais voulu accéder à la demande du syndicat, qui a toujours demandé que la contrevaleur des frais de transports dus à l’agent affecté dans les missions diplomatiques lui soit directement remise comme c’est la pratique dans plusieurs Etats de la sous-région ou règne la transparence. L’on comprend qu’avec cette pratique en cours, les agents diplomatiques ne recevront jamais de la DFM, en mains propres, la contre -valeur des titres de transport qui leur sont dus et continueront malheureusement pour longtemps, s’il n’est pas mis fin à cette pratique crapuleuse, à être utilisés par la DFM et les agences pour subtiliser des milliards de franc CFA à l’Etat et au contribuable malien , à chaque mouvement diplomatique (affectation ou rapatriement), CORRUPTION, QUAND TU TIENS LA REPUBLIQUE !!!

Source : Malilink

Djibril Coulibaly

Voir aussi

MASSACRE DES CIVILS À DIALLASSAGOU: La Minusma ouvre une enquête  

  La Minusma vient de déployer une mission d’établissement des faits au village du Diallassagou …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils