lundi 17 mai 2021
Accueil | Editorial | MARDI 19 NOVEMBRE 1968 : EPILOGUE

MARDI 19 NOVEMBRE 1968 : EPILOGUE

La date du 19 novembre 2016 nous a donné l’occasion de revenir sur le destin politique d’un homme : Modibo Keïta, président du Conseil de gouvernement de la République du Mali, chef de l’Etat, de 1960 à 1968. Récemment, l’UM-RDA (avatar de l’US-RDA), a tenu son congrès ordinaire. L’occasion fut saisie, pour l’un de ses responsables, de revenir, après avoir rendu hommage aux « pères fondateurs », sur cette date et ce, pour accuser « Moussa et sa bande d’avoir mis le pays à genoux ». L’ayant écouté, nous nous sommes intéressé à sa biographie officielle pour constater qu’il ne possède aucune expérience vécue de la période en question, n’en parle qu’à partir de ce qu’on a bien voulu lui dire et qu’il a accepté sans esprit critique, militantisme oblige.
Ce qui est d’ordinaire admis mérite davantage à être complété par les déclarations des quelques « compagnons de route » qui ont accepté de se prononcer sur le régime socialiste des années post indépendance. Mahamane Alassane Haïdara, nous a-t-on dit, a refusé d’écrire ses mémoires pour conserver ses amis. D’autres, Jean-Marie Koné, Salah Niaré, tous deux anciens ministres, Aoua Keïta, député, ont eu des bribes qui en disent suffisamment sur ce régime. Leurs points de vue est à prendre en considération : ils sont témoins privilégiés d’une période, ayant été au cœur de l’action durant cette période.
Il ne s’agit nullement d’engager une stérile polémique, mais d’examiner, avec plus d’objectivité, l’histoire de la République du Mali, du 22 septembre 1960 à ce jour.
Différents régimes se sont succédé, apportant, chacun, sa pierre à l’édification de la nation. Les sérier selon un esprit manichéen ne profite nullement à une saine connaissance de l’évolution de notre pays.
La période s’étendant de 1960 à 1968 est souvent présentée come l’Age d’or de la République du Mali. Lui auraient succédé vingt-quatre années de dictature assimilables à une descente aux enfers. De Modibo Keïta et de ses compagnons, il n’est retenu que du positif ; de Moussa Traoré et de ses collaborateurs, que du négatif.
L’objectivité recommande de reconnaître que nos dirigeants sont, comme nous, faillibles et mortels. Lors du symposium organisé pour célébrer le centenaire de la naissance de Modibo Keïta, un compatriote, historien de renom, n’a cessé de mettre en garde ses thuriféraires : « Evitez de faire de Modibo un mythe, au risque de le desservir. », n’a-t-il pas cessé de recommander.

Notre intention, avec une série d’articles, a été de procéder à une démystification de la personne du premier chef d’Etat du Mali, de jeter un autre regard sur ce que fut cette personne, de contribuer à le libérer des thuriféraires pour le rendre à lui-même, à ses dimensions réelles.
Il n’est pas question de nier les acquis d’une période. Mais, la rédaction de l’histoire-ce que nous ne prétendons pas avoir fait, n’étant pas nous-mêmes historien- serait partielle si l’on omet ce que fut la personnalisation du pouvoir entre 1960 et 1968, avec les abus et la suppression des libertés publiques qui l’ont accompagnée, le tout, sur un fond de marasme économique.
LA REDACTION

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Complot contre l’Etat ou tentative de réduire en silence des adversaires

  Boubou Cissé, Youssouf Mohamed Bathily alias Ras Bath, Vital Robert Diop, Souleymane Kansaye, Aguibou …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils