samedi 27 février 2021
Accueil | Economies | Mali, bon élève du FMI : La croissance économique à la hausse

Mali, bon élève du FMI : La croissance économique à la hausse

La mission du Fonds monétaire International (FMI) se réjouit des performances macroéconomiques soutenues de l’économie malienne. D’après les estimations préliminaires pour l’année 2016, le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) s’est situé à 5,8%, et l’inflation a été contenue à moins de 1%, reflétant des prix du pétrole bas.

En effet, une mission du Fonds monétaire international (FMI), conduite par Mme BorianaYontcheva,  a séjourné à Bamako, du 2 au 12 mai 2017, dans le cadre des consultations relatives à la 7e revue du programme économique et social du gouvernement par l’accord au titre de la facilité élargie (FEC) du FMI approuvé en décembre 2013.

A l’issue de ladite mission, le Ministre de l’Economie et des Finances du Mali, Dr Boubou Cissé, et Mme le Chef de la mission du FMI, BorianaYontcheva, ont animé une conférence de presse, hier, jeudi 11 mai, à l’Hôtel de l’Amitié.

Selon la Représentante de l’institution financière internationale, la mission du FMI  et les autorités du Mali sont parvenues à un accord préliminaire qui permettra de recommander au Conseil d’administration la conclusion de la 7e revue du programme appuyé par la FEC qui devrait être conclue en juillet 2017, avec l’examen du dossier par le Conseil d’administration.

Par ailleurs, elle a souligné l’optimisme qu’elle a la croissance économique du Mali.

« La mission se réjouit des performances macroéconomiques soutenues de l’économie malienne. D’après les estimations préliminaires pour l’année 2016, le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) s’est situé à 5,8%, et l’inflation a été contenue à moins de 1%, reflétant des prix du pétrole bas. Le déficit budgétaire s’est situé à 3,9 du PIB en ligne avec les objectifs du programme, certaines recettes supplémentaires ayant permis de compenser les dépenses additionnelles engagées pour faire face aux élections et aux besoins sécuritaires. En revanche, le déficit du solde global de la balance des paiements s’est creusé de 2,3 points de pourcentage pour atteindre 3,9% du PIB », a déclaré Mme Yontcheva. Et de noter « la mission et les autorités ont examiné l’exécution budgétaire pour 2016 et le début 2017. Tous les critères de performances du programme à la fin décembre 2016 ont été atteints. Des retards ont été toutefois enregistrés dans la mise en œuvre des réformes structurelles prévues à la fin décembre, même si des progrès encourageants ont été notés ».

Selon le FMI, la croissance économique devrait rester forte en 2017 mais les risques sont baissiers, notamment en raison des conditions d’insécurité et du renchérissement des conditions de financement du marché.

En outre, il signale que des revendications sociales en ce début d’année ont donné lieu à des dépenses budgétaires non prévues en 2017. Sur ce point, Mme le Chef de la mission informe que son équipe et les autorités maliennes  se sont accordées sur la nécessité de maintenir les dépenses en ligne avec les ressources budgétaires, tout en protégeant les dépenses sociales et en stimulant l’investissement public à moyen terme.

Oumar Diakité : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

L’Afrique francophone, partie la moins endettée du continent

  L’Afrique francophone est d’ailleurs globalement la partie la moins endettée du continent, avec un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils