lundi 10 mai 2021
Accueil | Santé | Maladie de ver de Guinée : 3 Cas confirmés et un autre suspect chez le chien

Maladie de ver de Guinée : 3 Cas confirmés et un autre suspect chez le chien

Ayant en charge l’élaboration des messages clés sur les questions de santé, le Centre National d’Information, d’Education et de Communication pour la Santé (CNIECS) collabore avec le cabinet de conseils Kyne. Ce cabinet spécialisé dans la communication de la santé publique va aider le CNIECS à élaborer les messages clés pour sensibiliser les populations sur la maladie du ver de Guinée.

Le Mali reste l’un des quatre pays encore touchés par la maladie du ver de Guinée. C’est pourquoi les autorités de la santé publique redoublent chaque année d’efforts pour l’éradiquer. Cette année, le Centre National d’Information, d’Education et de Communication pour la Santé (CNIECS) bénéficie du soutien   du cabinet de conseils et de consultance Kyne pour l’appuyer dans l’élaboration des messages clés pouvant amener les populations à éviter cette maladie. A ce jour, des résultats « appréciables » ont été obtenus. Selon les chiffres publiés par le CNIECS, le nombre de cas de ver de Guinée est passé de 16.024 cas en 1992 à 5 cas seulement en 2015 (soit un taux de réduction de 99,96%) ; le nombre de villages touchés est passé de 11.0 63 en 1992 à 3 seulement en 2015 (soit un taux de réduction de 99,74%).

Des résultats obtenus grâce à la prise en charge médicale des malades, à la réalisation de forages pour les villages d’endémie et à la sensibilisation des populations soutenue par d’intenses campagnes médiatiques à l’échelle nationale.

Mais, toutefois, l’objectif visé dans le programme national d’éradication de ce fléau ne sera pas atteint cette année ; car, dans ce mois de septembre, 3 cas ont été, selon le CNIECS, confirmés dans le District sanitaire de Tominian et un 4e cas chez le chien est en cours d’analyse au CDC d’Atlanta, aux Etats-Unis d’Amérique.

L’apparition de la maladie du ver de Guinée sous la forme humaine chez les animaux amène aujourd’hui le Mali, à l’instar des autres pays touchés, à renforcer et à adapter la communication de ses programmes nationaux d’éradication de la maladie. C’est dans cette optique que le Centre Carter, le principal partenaire financier des programmes d’éradication de la maladie du ver de Guinée, a commis le cabinet américain Kyne pour accompagner les pays en tenant compte de la nouvelle donne. A cet effet, une réunion a regroupé, hier mercredi, au Centre Hawa Kéïta, les acteurs de l’éradication de la maladie et le Représentant de Kyne, Ammer Shaheed, pour faire le point sur la communication actuelle et passer en revue les propositions de la société Kyne. Selon Ameer Shaheed, « nous sommes à un moment très crucial où le ver de Guinée est sur le point d’être éradiqué ; d’où, toute la vigilance pour trouver les dernières poches de résistance». C’est là, à ses dires, l’importance de la communication autour du programme d’éradication en diffusant des messages particuliers.

Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Nouvelles mesures contre la flambée de la COVID-19/ Les autorités ferment tous les lieux sauf ceux de culte

À la suite de la réunion extraordinaire du Conseil supérieur de la Défense nationale (CSDN) …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils