lundi 6 décembre 2021
Accueil | Important | L’opposition républicaine face à la presse : elle accuse le gouvernement et dénonce l’Accord de paix en bloc

L’opposition républicaine face à la presse : elle accuse le gouvernement et dénonce l’Accord de paix en bloc

Selon l’opposition républicaine et démocratique, ce sont l’incurie et la sourde oreille du Régime en place «sur les dangers de la mise en place des autorités intérimaires dans les Régions du Nord» qui sont à l’origine de l’événement douloureux de Gao du 12 juillet dernier suite à la marche des jeunes. D’où un réel débat autour de l’accord de paix et de réconciliation nationale dont le contenu, selon les partis de l’opposition, doit faire l’objet d’une concertation nationale.

Le samedi 16 juillet 2016, l’opposition républicaine et démocratique, est allée à la rencontre des journalistes à la Maison de la presse. Sous l’égide du Chef de file l’Honorable Soumaïla Cissé de l’URD, elle a animé une conférence de presse. L’ancien Premier Ministre Modibo Sidibé; le Maire de Gao, Sadou Diallo et Tiébilé Dramé du PARENA en étaient les conférenciers. Dans leur déclaration liminaire, l’opposition républicaine et démocratique n’y est pas par mille chemins. «Un dialogue national pour refonder la nation malienne », voilà ce qu’elle propose pour redresser la situation du pays.

Sans ambages, les ténors de l’opposition ont dénoncé les évènements regrettables survenus à Gao au cours de la marche pacifique organisée par les jeunes pour dénoncer la mise en place des autorités intérimaires et exiger leur intégration dans le processus DDR.

Lors de cette conférence, la gestion «chaotique» du pouvoir par le Président Ibrahim Boubacar Kéïta a été longuement débattue. Mieux, c’était une aubaine pour l’opposition, qui est revenue sur les griefs qu’elle avait bel et bien eu à formuler autour de l’accord de paix avant sa signature et la programmation de la mise en place des autorités intérimaires, etc.

« Peine perdue. Nous n’avons jamais été écouté par le Président IBK et son équipe. A la veille du vote de la loi portant modification du code des collectivités, nous avons attiré l’attention sur les dangers de cette modification sur l’unité de notre nation. Nos Députés ont relayé nos inquiétudes lors des débats à l’Assemblée Nationale dans des conditions parfois qui frisent l’indignité. Ils étaient obligés de quitter la salle parce qu’on leur a refusé la parole. La loi a été finalement adoptée avec des atteintes graves à la constitution de notre pays et en ayant en son sein des germes de partition du Mali», rappelle avec regret le Chef de file de l’opposition, l’Honorable Soumaïla Cissé.

Selon lui, c’est se sentant marginalisés et pour défendre l’unité nationale que les jeunes de Gao ont organisé une marche pacifique, le mardi 12 juillet dernier. Ils avaient juste voulu manifester démocratiquement leur mécontentement et demander leur implication dans le processus de gestion de leur cité. Mais, rappelle-t-il, cette protestation a vite tourné au drame avec la suite connue de tous (4 morts et 42 blessés graves).

A ce stade, l’opposition considère que certains articles de la loi violent carrément le principe constitutionnel du pays en matière de la libre administration des collectivités territoriales telle que stipulée par les articles 98 et 99 (alinéa 3) de la Constitution.

«Sur un plan purement formel, en application de l’article 99 de la Constitution, le gouvernement devait saisir, pour avis, le Haut Conseil des Collectivités territoriales. Cela n’a pas été le cas, le Ministre de l’Administration Territoriale l’a reconnu à l’Assemblée Nationale lors du vote de la loi. Nous comprenons donc l’attitude des jeunes de Gao et nous serons toujours avec eux pour dénoncer cela», a précisé l’Honorable Soumaïla Cissé.

La légitimité de l’Accord en cause

Ainsi, à l’avis des conférenciers, les évènements de Gao viennent remettre sur la table les débats sur la légitimité de l’Accord de paix et de Réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Tous les cadres de l’opposition sont unanimes sur le caractère « séparatiste» et «incendiaire» de cet Accord.

Ce qui amène le Président des FARE Anka wuli, Modibo Sidibé, à rappeler que la teneur réelle de l’Accord n’a jamais été expliquée telle qu’elle aux Maliens. Mieux, il ajoute que toutes les communications du gouvernement autour de l’Accord ne sont que des propagandes.

Sadou Harouna Diallo, Maire de Gao, enfonce le clou en ironisant qu’il ne connaît rien de l’Accord pourtant étant un acteur potentiellement incontournable dans sa mise en œuvre. «Durant la crise, nous avons toujours été là, debout comme un rampart, pour défendre la nation, notre patrie, nos populations. Et, aujourd’hui, on a un Accord dont on ne connait même pas les tenants et les aboutissants. Je soutiens les jeunes de Gao », a-t-il précisé.

Pis, le gouvernement a 12 réserves sur l’Accord, les groupes signataires aussi et tous les autres acteurs en ont les leurs.

Pour remettre sur les rails notre pays, l’opposition estime que le gouvernement doit entamer une dynamique nouvelle, par un dialogue inter-malien fécond visant à forger un consensus national autour de la restauration de la paix et de la stabilité sur l’ensemble du territoire national.

«Il sera le lieu d’une appropriation nationale, d’une ‘‘malianisation’’ du processus de paix et de réconciliation. Ce dialogue national doit s’étendre à tous les acteurs maliens de l’intérieur et de l’extérieur. C’est pourquoi nous réitérons notre demande relative à la tenue des concertations nationales », a conclu le Chef de file de l’opposition, l’Honorable Soumaïla Cissé.

A travers cet appel, les partis de l’opposition pensent avoir eu à formuler des propositions constructives à l’adresse du gouvernement et du Président IBK afin qu’ils prennent les bonnes décisions pour réorienter le pays afin d’éviter une autre grogne sociale scandaleuse après celle de Gao.

Abdoulaye Faman Coulibaly : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

 Contre la mauvaise gestion: Les jeunes de Kidal dénoncent leur gouverneur     

  Depuis quelques jours, des messages WhatsApps des leaders de la jeunesse et des femmes …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils