lundi 4 juillet 2022
Accueil | Economies | Loi des finances 2017 : Le Budget passe de 2013 à 2130 milliards F CFA

Loi des finances 2017 : Le Budget passe de 2013 à 2130 milliards F CFA

Pour la dixième fois, le Ministre porte-parole du Gouvernement, Abdel Karim Konaté, a organisé la conférence de presse du Gouvernement. Il avait, à ses côtés, le Ministre de la Justice Garde des Sceaux, Mamadou Ismaël Konaté, et celui de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé. Il était question au cours de cette conférence d’entretenir la presse sur le Collectif budgétaire modifiant la loi des finances de 2017 et le projet de loi portant répression des fautes en matière de commerce.
La loi des finances de l’année 2017 qui était initialement de 2013 milliards va passer avec le nouveau collectif budgétaire à 2130 milliards de francs CFA soit une augmentation de 116 milliards de francs CFA. Pour expliquer cette modification de la loi des finances, le Ministre Dr Boubou Cissé met en avant les nouvelles dépenses liées aux engagements pris par le Gouvernement suite aux revendications des partenaires sociaux (santé, éducation, magistrats), la nouvelle loi de programmation  de la sécurité intérieure et les coûts d’organisation des élections régionales et du référendum. Ces nouvelles dépenses seront amorties, aux dires du Ministre, par la révision des licences des deux opérateurs téléphoniques (Orange et Malitel) qui vont passer de la 3G à la 4G. «Les fonds générés par ces révisions seront complétés par l’appui budgétaire des partenaires du Mali», a dit le Ministre.  «Le déficit qui était de 257 milliards est passé à 63 milliards dans le collectif budgétaire », a-t-il ajouté.  Approuvé par le Conseil des Ministres, la prochaine étape est le passage devant l’Assemblée Nationale pour approbation, a-t-il conclu.
Mais, avant, le Ministre de la Justice Garde des Sceaux, Mamadou Ismaël Konaté, a fait savoir que le Conseil des Ministres avait approuvé la loi portant répression des fautes dans le cadre de la règlementation de l’OHADA. Avec cette loi, le «Mali comble un grand vide».  La non immatriculation au registre des commerces, l’émission de chèque sans provisions, l’abus de biens sociaux sont entre autres fautes dont les peines sont prévues par cette nouvelle loi, a souligné le Ministre Konaté.
Mohamed  Dagnoko : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

USINE DE MINES ET LITHIUM: L’installation coûte 160 milliards F CFA et crée  650 emplois

Le développement et la création d’emplois sont l’une des préoccupations de la population du Mali …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils