jeudi 17 octobre 2019
Accueil | Editorial | Le Ministre Malick Coulibaly ou la dernière Digue d’IBK

Le Ministre Malick Coulibaly ou la dernière Digue d’IBK

 

Le Président de la République, IBK ne saurait trouver meilleur choix au poste de ministre de la Justice garde des sceaux que Malick Coulibaly. De sa nomination au mois de mai à nos jours, les lignes semblent véritablement bouger et la justice commence à redorer son blason. Tous les malfrats de la République sont désormais sur le qui-vive, car le glaive de la justice sous Malick Coulibaly n’épargnera personne, pas en tout cas ceux qui ont sucé le sang des Maliens, ni ceux qui sèment l’anarchie au sein de la République, à savoir les activistes qui ne sont en réalité que des extrémistes sur les ondes.

L’infernale machine de la justice commence véritablement à être bien huilée, surtout après l’arrestation du Président de l’APCAM, Bakary Togola et quatre de ses co-accusés, celle du Président du Conseil Régional de Kayes, Bandiougou Diawara et compagnie et l’interpellation de l’activiste Abdoul Niang et enfin la convocation avec certainement un mandat d’amener contre Adama Diarra dit Vieux blen et Bouba Fana dit l’homme peur Zéro. Toutes ces arrestations ou interpellations prouvent à suffisance qu’on est plus loin du bout du tunnel, celui de la fin de l’impunité et de l’anarchie. Les rumeurs de la confiscation du passeport de certains cadres de l’administration et même des hauts gradés de l’armée circulent déjà, comme pour dire que des arrestations sont imminentes.

Le Ministre de la justice et son procureur du Pôle économique et financier vont-ils aussi demander au Premier ministre Boubou Cissé, et cela conformément à l’accord politique de Gouvernance, de débarquer du Gouvernement tous les ministres qui sont incriminés dans des affaires de corruption et de détournement des deniers publics ? Malick Coulibaly et son procureur Kassogué doivent non seulement adresser une demande de mise à la disposition de la justice des ministres accusés, mais aussi et surtout, doivent adresser la même correspondance au Ministre de la Défense et des anciens combattants pour la mise à la disposition de la justice les officiers impliqués dans l’achat des hélicoptères cloués au sol alors qu’ils ont été acquis à prix d’or au frais du contribuable malien et même des autres équipements militaires qui font l’objet de soupçons de corruption et de surfacturation. Le Premier Ministre Boubou Cissé et son ministre de la Défense  Ibrahim Dahirou Dembélé sont interpelés. Le premier  pour respecter l’accord de gouvernance et le second pour s’acquitter de son devoir de soldat ayant prêté serment d’être juste, en livrant ses frères d’armes corrompus.

La question que l’on est en droit de se poser est celle de savoir pourquoi IBK a attendu longtemps avant de porter son choix sur Malick Coulibaly pour minimiser les frasques des cadres véreux qui ont mis en coupe réglée le pays ? Pourquoi a-t-il couvert ceux qui ont opté  pour  le pillage systématique de  nos maigres ressources. Tard vaut mieux que jamais, IBK semble trouver sa dernière digue protectrice, qu’est le Ministre de la justice garde des sceaux.   Il a choisi ce Ministre de la justice au moment où le pouvoir était sur le point de s’effondrer. Donc le soutien d’IBK à Malick Coulibaly ne devrait pas faire défaut. Au-delà d’IBK, toutes les associations de lutte contre la corruption, tous les citoyens épris de justice doivent soutenir le Ministre de la justice pour ce noble combat citoyen.

Youssouf Sissoko INFO SEPT 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Série d’accidents meurtriers: La semaine noire inquiète 

En sept petits jours, du mardi 24 au lundi 30 septembre, le Mali a connu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils