lundi 4 juillet 2022
Accueil | Politique | LE MINISTRE KASSOUM TAPO A CATEGORIQUEMENT DEMENTI LES EXACTIONS REPROCHEES AUX FAMA DANS LE RAPPORT DE L’ONG HUMAN RIGTHS WATCH

LE MINISTRE KASSOUM TAPO A CATEGORIQUEMENT DEMENTI LES EXACTIONS REPROCHEES AUX FAMA DANS LE RAPPORT DE L’ONG HUMAN RIGTHS WATCH

Publié récemment, le rapport de Human Rights Watch accuse les Forces armées Maliennes (FAMA) de « meurtres extrajudiciaires » et de tortures. Le ministre des droits de l’homme et de la réforme de l’Etat, Me Kassoum Tapo, accompagné d’une forte délégation, a effectué une mission de trois jours dans la région de Mopti pour vérifier la déclaration faite par Human Rights Watch. Cette mission qu’il vient ainsi d’effectuer entre dans ses attributions de protection et de promotion des droits humains sur l’ensemble du territoire national y compris les zones de conflit. Le mardi 26 septembre 2017, le ministre Tapo était face à la presse à son département pour faire le compte rendu de cette mission de 72 heures dans la région de Mopti. Aux dires du ministre, il n’y a eu aucun cas d’exaction commise par les FAMA. « Le gouvernement ne tolérera pas des attaques sans fondement qui sont de nature à saper le moral des FAMA. Le gouvernement n’acceptera pas», a-t-il dit. Le Ministre des Droits de l’Homme et de la Réforme de l’Etat a successivement visité les localités de Douentza, Sévaré, Bandiagara et la ville de Mopti.
A chacune de ces étapes, il s’est rendu dans les commissariats de police, les maisons d’arrêt, les brigades de gendarmerie. En compagnie des autorités politiques et administratives locales, la MINUSMA et des organisations de défense des Droits de l’Homme, il a pu faire l’état des lieux dans les unités d’enquête et les maisons d’arrêt visitées. La conférence de presse tenue dans la salle de conférence dudit Ministère avait pour objectif de faire la restitution de trois jours de mission sur le terrain et la réalité de la situation des droits de l’homme dans la cinquième région du Mali. « On était allé vérifier sur le terrain les allégations faites par Human Rights Watch dans son rapport », a déclaré le ministre Tapo. Avant de déplorer le fait que le gouvernement n’a pas été saisi de ce rapport. Selon lui, les autochtones des zones visitées, ont précisé qu’ils n’ont reçu aucun interlocuteur de Human Rights Wacth, encore moins eu vent des cas d’exactions effectuées par les FAMA. « Il n’y a pas eu exaction contre qui que ce soit », révèle le ministre. « Un escadron d’élite de gendarmerie est venu à Sevaré et est en train d’aller à Douentza. Il y a 1000 élèves gendarmes qui vont sortir bientôt. Donc, il y aura un déploiement de nos forces dans ces zones », a conclu le ministre.
lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

21ÈME ANNIVERSAIRE DU RPM EN COMMUNE VI :  Bocari Tréta veut-t-il réellement sauver sa peau ?

  Après avoir vu sa chance réduite au niveau de la justice, Dr Bocary Tréta …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils