dimanche 21 juillet 2019
Accueil | Politique | L’APRES BOUBEYE : Le député et le maire de Baguineda en disgrâce

L’APRES BOUBEYE : Le député et le maire de Baguineda en disgrâce

Ils ont été très nombreux à faufiler entre les partis politiques comme des ‘’margouillats’’ dans le seul but de se percher au pouvoir tout en brouillant les pistes. Ne dit-on pas que le temps est le meilleur juge, aujourd’hui beaucoup d’entre eux méditent sur leur sort car ils ont perdu de la crédibilité aux yeux de tous
Depuis les dernières élections présidentielles, les citoyens maliens ont assisté à une effervescence sans borne et une migration de masse dans la démesure d’hommes politiques vers l’ASMA. Ce phénomène ne doit tromper quiconque. Ces politiciens calculateurs chevronnés pensaient prendre ainsi le devant de la scène pour propulser demain. Ils s’imaginaient tout simplement que l’ancien premier ministre allait sans doute devenir le dauphin incontesté d’Ibrahima Boubacar Keïta. Comme un effet de mode bon nombre d’entre eux a basculé dans le parti de l’ex premier ministre en vue de se positionner à l’avance peu importe les conséquences. Ce faux pas leur coutera surement très cher. Leur avenir politique est désormais scellé pour le bonheur des citoyens. Dieu merci et bon débarra !… Qu’ils assument leur choix et peuvent toujours continuer à rêver en pleine journée…
La commune rurale de Baguineda suffit de cadre pour démontrer et mesurer cette perversité à outrance. Que ce soit le député Toumani Diarra mêlé dans les problèmes fonciers inimaginables et le maire actuel Salia Diarra souillé jusqu’au cou ont fait pareillement. D’autres encore enfoncés dans la gestion mafieuse de l’adduction d’eau à l’image de Souleymane Diallo ont du pain sur la planche. Ces opportunistes ne misaient que sur la personne Soumeylou Boubèye qu’ils ont rejoints le parti, pour rebondir et se la couler douce. Aujourd’hui ceux-ci semblent tirer la mauvaise carte s’imaginant se croire plus malin que tous. Ces politiciens doivent à nos jours se mordre les doigts car Boubèye est parti et Boubou l’a remplacé à défaut l’ancien premier ministre sortirait inévitablement par la petite porte. L’ultime honte pour une personnalité de son envergure serait évidemment de te surnommer tigre, panthère ou lion le roi de la brousse pour ensuite être réduit en pauvre petit lapin. Tel peut se résumer l’ascension fulgurante sans lendemain de Boubèye Maïga.
Ce qui prouve à avouer que Boubèye Maiga n’est point un enfant de cœur. Mal lui en a pris de se lancer dans un bras de fer avec le peuple souverain du Mali. Une journée de marche patriotique effectuée le 5 mars 2019 est arrivée à le ridiculiser en le mettant plus bas que terre restera à jamais graver dans la mémoire collective. La vague de cette démonstration populaire de force fut suffisant pour l’emporter vers la décadence. Pour ne pas être humilié par les députés sur la place publique dans l’hémicycle de Bagadadji il préféra sortir par la petite porte l’échine courbée. Ce même sort attend désormais plus d’un homme politique à Baguinéda et dans le reste du pays guidés par l’extrême folie du pouvoir. C’est-à-dire qu’à Baguineda, tous les grands hommes dits politiques avaient changé la veste, excepté Jean Marie Dackouo qui est resté dans son parti nommé CODEM. Il est resté fidèle à sa conviction et à son parti qui a d’ailleurs eu un poste ministériel lors du dernier remaniement. M Amion Guindo occupe le poste l’environnement et du développement durable.
Dougoufana Keïta LA SIRENE

Djibril Coulibaly

Voir aussi

LES HELICOPTERES CHEREMENT ACQUIS SONT CLOUES AU SOL: Quand IBK et Karim donnent des pistes  aux enquêteurs

Le Président de la République, chef suprême des Armées et le Puissant Président de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils