mardi 29 novembre 2022
Accueil | Politique | L’Ambassadeur du Royaume des Pays Bas, Jolke Oppewal : « Nos dépenses annuelles à la MINUSMA sont plus que le double de nos contributions bilatérales au Mali pour le développement »

L’Ambassadeur du Royaume des Pays Bas, Jolke Oppewal : « Nos dépenses annuelles à la MINUSMA sont plus que le double de nos contributions bilatérales au Mali pour le développement »

l’Ambassadeur du Royaume des Pays Bas, Jolke Oppewal et ses concitoyens basés au Mali ont célébré, Le jeudi 27 Avril 2017, la fête du Roi Willem Alexander. En présence de plusieurs personnalités, le diplomate néerlandais, Jolke Oppewal a mis l’occasion à profit pour faire le bilan du rapport de coopération qui existe entre son pays et le Mali, depuis plusieurs années.
L’ambassadeur du royaume des Pays Bas au Mali, Jolke Oppewal et ses concitoyens basés en terre malienne, ont célébré le jeudi 27 avril dernier, la fête du roi Willem Alexander. L’événement qui s’est tenu à la résidence du diplomate néerlandais a enregistré la participation de plusieurs personnalités maliennes, dont le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop. Mettant à profit l’occasion, l’ambassadeur Jolke Oppewal a fait le point des efforts consentis par son pays dans le cadre de sa coopération avec le Mali. Qui selon lui date des années 1980. Mais après les événements survenus en mars 2012 au Mali, selon l’ambassadeur Jolke Oppewal, le rapport de coopération entre les deux pays a connu une évolution dans le secteur de la sécurité.
Et selon lui, aujourd’hui la stabilité, la sécurité, la lutte contre le terrorisme et la migration irrégulière sont devenues des thèmes d’’intérêt commun pour l’Europe et les pays africains. Surtout sur le dossier de la migration qui selon lui, est sensible des deux côtés et très difficile à gérer. Mais pour lui, il est nécessaire que l’Europe et les pays Africains trouvent des pistes pour avancer dans ce dossier.
S’agissant de la sécurité de la lutte contre le terrorisme, le diplomate, Jolke Oppewal, a affirmé que son pays soutient le Mali au sein de la MINUSMA avec un contingent de près de trois cent soldats. Et d’après lui, les dépenses annuelles des Pays Bas à la Minusma sont plus que le double de ses contributions bilatérales d’aide au développement pour le Mali. Selon malgré les progrès enregistrés dans la mise-en-œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, la situation sécuritaire reste toujours préoccupante, dans la partie nord et centre du Mali. « Il y a des cercles où l’Etat n’est plus présent. C’est crucial que l’Etat y revienne et que la population ait accès aux services sociaux de base. En absence de l’Etat, c’est le désespoir et le radicalisme qui vont s’installer » a-t-il déclaré.
Parmi ailleurs, il apprécié le fait le Mali dispose d’une politique nationale du genre ; et d’une loi pour promouvoir le genre dans les fonctions nominatives et électives à hauteur 30%. Et pour l’Ambassadeur Jolke Oppewal, 2018 sera une année cruciale pour le Mali. Et pour cause, c’est cette année que les prochaines présidentielles et législatives auront lieu. Deux processus électorales qui dit-il, devra contribuer à renforcer la démocratie et la stabilité au Mali. Bokoum Abdoul Momini
Fédération malienne de Karaté
Une cinquantaine de maîtres karatékas acquièrent le brevet fédéral !
Le stade omnisports Modibo Keïta a servi de cadre, le samedi 29 avril , à la cérémonie de lancement de la formation d’une cinquantaine de karatékas ceinture noire et de l’édition 2016 de la coupe Zone2 de karaté. C’était en présence d’Adama Mariko, président de la fédération malienne de Karaté, du Pr Abdoul Wahab Touré dit Bob, ceinture noire 9ème dan, doyen du Karaté malien et Pr Mamadou Koné 5ème dan.
L’objectif de cette formation est de renforcer, la capacité des participants sur la pédagogie des arts martiaux, la médecine du sport, les méthodes de réanimation, l’administration du sport etc.
Selon Adama Mariko président de la fédération malienne de karaté, cette formation mobilise une cinquante de karatékas ceinture noire de Bamako et des ligues régionales pour une durée de 7 week-ends. « Elle vise non seulement à donner aux professeurs les connaissances appropriées pour l’enseignement des arts martiaux mais aussi à réglementer l’enseignement du Karaté pour plus d’efficacité et de résultat » a-t-il déclaré. Avant de préciser que ce brevet fédéral essentiellement piloté par la fédération malienne de karaté est en prélude au Brevet d’Etat qui sera dirigé par la direction nationale des sports dans les temps futurs.
Par ailleurs, Adama Mariko a précisé que le grade de ceinture noire, comme indiqué sur les diplômes ne confère pas le droit à l’enseignement du karaté. C’est pourquoi, il a profité de l’occasion pour lancer un appel à toutes les ceintures noires qui désire faire carrière dans l’enseignement du karaté que le brevet des professeurs de karaté sera désormais le passeport pour l’ouverture des dojos et l’enseignement du Karaté.
Se prononçant sur la coupe zone 2 de karaté, il dira qu’elle est célébrée aujourd’hui par la fédération malienne de karaté et disciplines associées. Ce grand succès, dit-il, honore et stimule le karaté pour les compétitions futures, particulièrement le championnat d’Afrique prévu dans un mois au Cameroun. Avant de terminer ses propos, il a remercié les professeurs qui ont dit-il prêté main forte à la fédération malienne de Karaté pour la réussite de cette formation, ainsi que le ministère des sports et le Comité national olympique.
Par Safiatou Coulibaly (stagiaire) LE SURSAUT | lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Projet de nouvelle Constitution au Mali: Le symptôme d’une véritable refondation : les pouvoirs du Président se renforcent

  Quelles que soient leurs intentions, les militaires au pouvoir au Mali veulent poser des actes. …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils