mardi 3 août 2021
Accueil | Important | IMMIGRATION : Les explications du PM Modibo Keita face aux députés !

IMMIGRATION : Les explications du PM Modibo Keita face aux députés !

Les migrants, l’insécurité et la mauvaise organisation des élections communales du 20 novembre dernier, c’est autour de ces trois question qu’une motion de censure, signée par 18 députés de l’opposition, avait été déposée courant semaine dernière. Votée hier mercredi, le premier ministre Modibo Keita reste à son poste. Sur les 147, seulement 33 députés ont voté pour la motion de censure alors qu’il fallait le ‘‘oui’’ de 96 députés, soit les 2/3, pour sanctionner le gouvernement. La communication du premier ministre sur la question migratoire est d’actualité. Nous avons tenu à le transcrire pour vous !
‘‘…Par rapport à la migration, il y a 25 ans, un 18 octobre 1986, j’étais dans ce pays au poste de ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale. Il m’a été donné de recevoir le premier charter de 101 maliens refoulés de la France sans que le gouvernement du Mali ait été consulté. Ce jour-là, j’ai dit que si un pays refuse des maliens, le peuple du Mali reçoit ses enfants. J’ai dit en Bambara peut-être mal inspiré ‘‘ Ni i wolola saala I ba siri I Tièla’’. Mais ce qui était remarquable ce jour-là, c’était le peuple malien comme un seul homme qui s’était levé pour appuyer l’action du gouvernement à l’époque, pour soulager la souffrance de leurs compatriotes. Et ce qui était encore remarquable, c’était les expatriés maliens vivant à l’étranger qui, comme un seul homme, se sont associés au peuple du Mali pour dénoncer une telle chose.
Après avoir fait ça il y a 25 ans, qu’au aujourd’hui on accuse mon gouvernement de préparer le retour des maliens et permettre à des gens, si vous voulez, de les expulser ? Je voudrais vous dire ceci, à propos de la migration, quelle est la philosophie du gouvernement que je dirige ? Nous avons toujours dit que la migration est élément culturel important de notre pays. Nous avons toujours dit que la migration légale était un moyen de financement de notre économie, de cohésion sociale, de solidarité…
Parlant de notre politique, j’ai dit que nous soutenons la migration légale. Par rapport à la migration irrégulière clandestine (c’est ça qui doit être d’abord mis en cause), nous estimons qu’il faut d’abord s’attaquer aux causes de cette migration irrégulière. S’attaquer aux causes de la migration irrégulière, c’est créer des projets, c’est améliorer notre gouvernance c’est penser à la juste répartition des ressources de ce pays, c’est également assurer une formation conséquente. Voilà ce que nous devons faire, mais avec l’accompagnement de nos partenaires. Tous les migrants maliens ont servi de la plus belle manière. Mais nous agitons par rapport à l’immigration irrégulière et nous respectons la souveraineté des Etats.
Si d’aventure le gouvernent ne parvient à faire régulariser la situation des maliens en situation irrégulière, excusez-moi messieurs, il demande avec insistance qu’ils (les migrants) puissent regagner la terre natale dans la dignité conformément aux principes internationaux.
Voilà le problème ! C’est pourquoi il y a d’autres charters…
Ce qui a été dit par rapport aux uns et aux autres, acceptez que je vous dise que nous ne pouvons être indifférents à cela. Vous savez, aller chercher la fortune ailleurs, ce n’est pas souvent le mépris des siens, ce n’est pas souvent le mépris du village. Faisons en sorte que nos concitoyens qui sont à l’étranger ne soient pas humiliés. Il faut qu’ils restent ici et que nous créions les conditions par notre comportement, par notre gestion… Voilà ce que je tenais à dire par rapport à la politique de migration.’’
D. Samaké LA SIRENE |||

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Moussa Diawara en prison: Qui l’aurait cru?

Rebondissement dans l’affaire du journaliste Birama Touré disparu depuis 5 ans. L’ex-patron du renseignement malien …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils