mardi 17 septembre 2019
Accueil | Politique | Ibrahim Ikassa Maïga à propos de la gouvernance actuelle au Mali: «Le recours aux religieux se fonde sur le dépérissement de l’emprise de la société politique et surtout de la société civile…»

Ibrahim Ikassa Maïga à propos de la gouvernance actuelle au Mali: «Le recours aux religieux se fonde sur le dépérissement de l’emprise de la société politique et surtout de la société civile…»

Invité de l’émission ‘’Politik’’ de Africable-Télévision pour débattre du thème : «Une démocratie de toutes les contradictions pour quelle gouvernance au Mali ? », le 18 août dernier sous la férule de Robert DISSA, (journaliste animateur du débat), Ibrahim Ikassa Maïga a lui-même ramassé la quintessence de ses propos. Juriste intransigeant et intellectuel avisé, il est connu et reconnu pour son esprit aiguisé de l’analyse. Lisez plutôt.

 

Très interrogative dans sa formulation, l’orientation de la problématique du débat cherche le bien-fondé, ou à l’inverse, les travers de nos options et pratiques de la démocratie « à la malienne » qui crée ses propres référents et encrages, et vit sa crise sous les formes de ce que le journaliste DISSA a prénommé des «contradictions» (qui, je l’estime, sont d’essence démocratique), telles que : la forte présence des religieux dans le champ politique malgré la laïcité constitutionnellement affirmée de notre République (1), la désignation d’un seul bureau de chef de file de l’opposition pour une opposition plurielle et mouvante (2) et les présidences « à vie » au sein des partis politiques comme si la traditionnelle alternance démocratique ne devrait s’y appliquer (3).

Remerciant au passage mes co-débatteurs pour la qualité intrinsèque de leurs apports, je m’autorise à reprendre la quintessence de mes propos et arguments soutenus, au cours de cet échange pour une meilleure clarification des trois (3) centres de « contradictions » pointés par notre hôte.

  1. La forte présence des religieux dans le champ politique malgré la laïcité constitutionnellement affirmée de notre République ?
    La laïcité dans la République doit être comprise simplement comme l’absence de lien entre l’institution religieuse et l’exercice du pouvoir politique. Cette approche apparait comme la résultante de ce que la « Révolution de la salle de jeu de pomme » révulsait l’idée que se faisaient les rois de France « l’Etat c’est moi, mon pouvoir est Divin » (Monarchie de droit divin), et de ce qui avait été pratiqué chez nous au Mali avec l’exemple de la « Diina » de l’Empire du Macina où avait été institué, pour un temps, un pouvoir politique théocratique fondé sur la morale islamique.

Cependant, notre vie au long court en société est empreinte de valeurs d’essence religieuse : mariage, naissance, décès, partage de succession, etc. (Max Weber : logiques intrinsèques de la religion/Jean-François Bayart). Et, d’ailleurs, plutôt que de parler de religieux, il s’agit certainement de « leaders religieux», dotés de connaissances tant spirituelles que temporelles et scientifiques, couverts d’une aura, de la confiance et du respect des pratiquants et adeptes. Ces leaders religieux ne tombent pas ex-nihilo, ils font partie de la société et interviennent « en politique » à plusieurs titres.

Mais fondamentalement, ces dernières années, le recours aux religieux se fonde sur le dépérissement de l’emprise de la société politique et surtout de la société civile ordinaire sur les affaires de la cité (les associations, les corporations, les légitimités traditionnelles, les organisations de jeunes, etc.). D’ailleurs, sous d’autres cieux ou dans certaines circonstances, plutôt des leaders religieux, ce sont les jeunes artistes et activistes qui ont servi d’alternatives pour des luttes à haute teneur politique, comme « Y’en-a-marre ! » au Sénégal ou le « Balai citoyen ! » au Burkina Faso et même « AntèAbana ! » au Mali contre la tentative inopportune de révision constitutionnelle.

Au demeurant, les leaders religieux, quelle que soit leur obédience, sont des citoyens dotés du droit constitutionnel de vote et de regard sur les affaires de la cité, comme tout citoyen. Ils sont d’ailleurs consultés dans les politiques et campagnes de l’Etat comme, par exemple, dans le cadre de la lutte contre le Sida ou l’excision des filles, etc.

En définitif, plutôt que de craindre cette réalité pourtant incontournable, l’Union pour la République et la Démocratie (URD), en termes de réformes au sortir des assises tenues à Sélingué en novembre 2018, propose de mieux impliquer la société civile dans tous les compartiments pertinents de la vie institutionnelle, en dédiant des Conseils Nationaux aux Leaders religieux, aux Chefs traditionnels et coutumiers, aux Femmes, aux Jeunes (artistes, activistes et autres), et aux personnes vivant avec handicap et les faire représenter au Haut conseil des collectivités ou une éventuelle deuxième chambre du parlement et au Conseil économique, social et culturel, pour mieux prendre en compte leurs avis et éviter les réactions souvent violentes et inappropriées.

  1. La désignation d’un seul bureau de chef de file de l’opposition pour une opposition plurielle et mouvante ?
    La démocratie en elle-même suppose la coexistence d’une « Majorité » qui gouverne et d’une « Opposition » qui s’oppose, et c’est le défaut de cette dialectique qui devrait inquiéter. Pour rappel, depuis 1992, cette contradiction nécessaire s’est souvent exercée et exprimée de façon violente. Et en 2000, une loi (Loi n°00-47 du 13 juillet 2000) est venue conférer un statut juridique à l’opposition, relu et renforcé par la Loi n°2015-007/ du 4 mars 2015 pour y introduire le chef de file/porte-parole de l’opposition.

Cette législation définit l’Opposition politique, qui peut être parlementaire ou extra-parlementaire, comme tout parti ou groupement de partis qui ne participe pas au gouvernement ou ne soutient pas l’action gouvernementale. L’Opposition politique a « le devoir de suivre l’action gouvernementale, de la critiquer de façon objective et constructive dans le sens du renforcement de l’idéal démocratique et du progrès » (article 12). Le Chef de file de l’Opposition politique adresse au Président de la République et au Président de l’Assemblée nationale un rapport annuel sur l’application des dispositions de la loi l’instituant, rapport publié au Journal officiel.

L’Opposition politique est représentée par un porte-parole qui prend le titre de Chef de file de l’Opposition politique, est désigné par le parti politique d’opposition ayant le plus grand nombre de députés à l’occasion des dernières élections législatives ou, à défaut, le parti ayant obtenu le plus grand nombre de conseillers communaux à l’occasion des dernières élections communales. Le Chef de file de l’opposition politique a rang de ministre sur le plan protocolaire, et peut recevoir ou être reçu par les membres des missions diplomatiques et des organisations internationales accrédités au Mali ainsi que les personnalités étrangères en visite régulière au Mali.

A sa demande, le Chef de file de l’Opposition peut être reçu en audience par le Président de la république et le Premier ministre sur les questions d’intérêt national, même si le Chef de file actuel, l’Honorable Soumaïla CISSE, non moins Président du Bureau exécutif national de l’URD, a essuyé un silence à des demandes d’audience sur des questions telles les grèves de la faim des cheminots ou les arrêts de travail des médecins ou et enseignants.

Mais d’ores et déjà, le statut légal de l’opposition est venu conforter une réalité de l’encrage démocratique impulsé par les partis de l’opposition, sous le leadership du Président de l’URD, Soumaïla Cissé. Et à propos, l’opposition politique malienne n’a jamais été aussi présente et prégnante sur l’échiquier national, dans une démarche républicaine, démocratique et responsable, bien au-delà des exigences légales (articles 11 et 12). Le Chef de file de l’opposition a porté la voix des partis de l’opposition et des citoyens au loin, dans les hautes sphères de l’Etat et sur le plan international, en acculant autant que de besoin le régime en place dans ses derniers retranchements, à l’occasion de la foultitude de cas de gestion calamiteuse des affaires de la Nation (dossier de l’avion présidentiel, marchés des équipements de l’armée, attaques meurtrières contre l’armée, crises sociales dans les secteurs de la santé, de la justice, de l’école, à coups de communiqués, de conférences de presse, de meetings et de marches,… sur fond d’emblématiques productions audiovisuelles : IBK/An 1- IBK/A 2- IBK/An 3- IBK/An 4, etc.).

Au demeurant, rester à l’opposition est un choix, la quitter aussi l’est tout autant. Ce n’est pas une camisole de force. Toutefois, nous à l’URD tenons à une certaine cohérence entre notre vision politique, notre discours, et nos pratiques !

  1. Présidences « à vie » au sein des partis politiques ?
    A priori, cette observation ne concerne pas l’URD qui, plus que d’autres partis du landerneau politique malien, connaît cette culture d’alternance, et constitue un véritable parti-institution ayant une vision politique, un projet de société, un hymne, des statuts et règlement avec une organisation amplement fonctionnelle à l’échelle nationale et de la diaspora malienne.

Et, l’on comprendrait mieux cette réalité, en revisitant la genèse du Parti, constitué et renforcé par trois catégories de militants.

D’un côté, certains hauts responsables de l’Adema-PASJ d’alors, par refus de l’immoralité politique, du manque d’éthique et de «déloyauté» vis-à-vis du candidat trahi de l’intérieur du parti lors de la présidentielle de 2002, l’ont quitté pour embrasser une façon plus saine de faire de la politique. On comptait parmi ceux-ci Feu Oumar Samba Diallo, Younoussi Touré, Abdoulaye Koïta, Soumaïla Cissé, Mme Coulibaly Kadiatou Samaké, ainsi que beaucoup d’autres responsables et militants, etc.

Ensuite, tirant les leçons du désavantage comparatif des partis de modeste taille et de la nécessité d’une coalition des forces politiques, une dizaine de partis ont été fondus au sein de l’URD. il s’agit en l’occurrence du PMDR de Me Abdoul Wahab Berthé, du PDR de Kalilou Samaké et de Malick Touré, du MCCDR de Me Boubacar Karamoko Coulibaly, du CND du Doyen Bandiougou Bidia Doucouré, de l’UDR, du PARISA, de CMD, etc. ainsi d’ailleurs que l’adhésion de responsables et militants de certains partis comme le CNID (Me Demba Traoré et compagnons), l’UDD (Feu l’Honorable Cheick Hamala BATHILY), le BDIA (Me Ibrahim Hamaciré N’DOURE, Djibril N’DIAYE, ), l’USRDA (Ousmane Oumarou SIDIBE, Younoussa TOURE, Mahamadou SISSOKO), mais aussi le SADI (avec les Députés Daouda Moussa KONE de Kolondiéba et Oumou COULIBALY de Niono).

Enfin, une troisième catégorie de militants qui continuent d’agrandir très régulièrement l’URD sont ceux venus par absorption et de nouveaux militants issus d’autres partis ou de la société civile, simplement séduits par le leadership et la qualité des femmes et des hommes qui l’animent depuis plus de seize ans, etc. Et à titre illustratif, les actuels Vice-présidents du Bureau national/URD, Iba N’diaye, Abouzeïdi Ousmane Maïga tous deux de l’Adema-Pasj et Racine Thiam avec son parti CAP, font figures symboliques.

L’URD tient régulièrement ses instances, avec une alternance à sa présidence, même si les textes ne limitent aucunement le nombre de mandat. Ainsi, Younoussi Touré désigné Président à la création en 2003, a été réélu en 2008. Puis, le congrès ordinaire de 2013 ayant été reporté en 2014 en raison des élections générales, Soumaïla CISSE fut élu en 2014, le prochain congrès étant prévu en fin 2019.

  1. Conclusion : notre Démocratie vit-elle des « contradictions » inacceptables?
    A l’évidence, nous sommes une jeune démocratie et les crises de jeunesse et de croissance font partie du long parcours de la vie d’une Nation… ; et plutôt que de « contradictions », il s’agit certainement d’une « dynamique de croissance » et de mise en questionnement pour une nouvelle évolution.

Et nous, le Peuple, devons être plus exigeants avec nous-mêmes en tant que Citoyens de tous bords (leaders religieux, légitimités traditionnelles et coutumières, Syndicats, Femmes, Jeunes, personnes vivant avec un handicap, etc.) au centre du système démocratique : un pouvoir du peuple, au nom du peuple et pour le peuple. Dans la même veine, nous serons plus exigeants avec nos dirigeants et élus, en leur imposant l’obligation de rendre compte, mais aussi en refusant corrélativement des pratiques comme l’achat de conscience et la corruption, les passe-droits.

Il faut aussi que les leaders d’opinion, les dirigeants et élus acceptent leurs charges et répondent à l’obligation de redevabilité. Il nous faut des hommes forts de caractère, de pouvoir et de confiance, pour insuffler cette force à notre système démocratique et à nos institutions pour avoir un Etat prospère et respecté dans le concert des Nations.

Heureusement que l’espoir est permis, avec la configuration actuelle de l’échiquier sociopolitique, où des femmes et hommes se battent pour un Meilleur Mali, tant au sein des partis politiques que de la société civile dans tous ses compartiments.

Ibrahim Ikassa MAIGA
Secrétaire Adjoint chargé de la Justice et des Institutions/BEN-URD
Elu municipal

 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Détention de Bakary Togola  à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako: Le Procureur Kassogué, imperturbable 

  ! Dans la salle d’audience du Tribunal de Grande Instance (TGI) de la CIII, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils