dimanche 11 avril 2021
Accueil | Education | Espace scolaire 2020-2021: Encore des remous, mais autorisés, dans les établissements secondaires

Espace scolaire 2020-2021: Encore des remous, mais autorisés, dans les établissements secondaires

 

Les établissements secondaires du District de Bamako, Kati et Koulikoro ont connu des troubles ce jeudi 25 février pour raison de mise en place de bureau des comités de l’Association des élèves et étudiants du Mali-AEEM ou présentation des secrétaires généraux des comités.

 

Pourtant, cet exercice de renouvellement de bureaux n’était pas du goût d’un certain collectif des coordinateurs de l’AEEM, il y a deux semaines. Ce collectif exigeait le congrès en lieu et place du renouvellement des instances de base de l’Association. Pour le faire savoir, le collectif a poussé tous les militants des établissements secondaires et quelques écoles fondamentales de la capitale dehors pendant 72h. Un mouvement décrété à seulement une semaine de la rentrée scolaire et qui entraîné des blessés et des arrestations au sein de l’AEEM. Ces coordinateurs sont-ils revenus à de meilleurs sentiments ou est ce que c’est l’argument du bureau de coordination qui dit que les comités sont démembrés notamment par le passage de nombreux secrétaires généraux au bac 2020  qui les a convaincus ? Une lettre du ministère de l’éducation, en date du 24 février, adressée aux directrices et directeurs des académies d’enseignement de Bamako, Kati et Koulikoro, a rendu officielle ce renouvellement des comités AEEM dans les établissements d’enseignement secondaires relevant de leur circonscription.

En tout cas, ces comités ont été mis en place hier jeudi, les secrétaires généraux, imposés et non élus, depuis au moins trois ans, présentés à l’administration scolaire des établissements. Une activité pourtant, bien codifiée par le règlement intérieur des établissements secondaires, qui devait se dérouler pacifiquement, normalement sans occasionné de troubles, a fait l’objet d’abandon de classes par les élèves du secondaire.

Vont-ils prendre conscience que ces quelques heures, quelques jours grignotés du programme scolaire sont à leurs désavantages ? Car, il y aura une évaluation sommative mais surtout formative pour l’année scolaire 2020-2021. Alors, ils ont intérêt à rester plus en classe pour un relèvement du taux d’admission.

DTS L’ANALYSTE 

Djibril Coulibaly

Voir aussi

EDUCATION: «So Kadi» engage la restauration de l’école fondamentale de Missira  

Ils étaient récemment une centaine d’enfants et d’adolescents à répondre à l’appel de Mme Awa …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils