vendredi 3 décembre 2021
Accueil | Editorial | EDITO : PEUT MIEUX FAIRE

EDITO : PEUT MIEUX FAIRE

Nous, Maliens, toujours fidèles à nos engagements, avons rempli notre part de contrat. En un moment crucial de son histoire, alors que les Puissances de l’Argent voulaient la maintenir asservie, l’Algérie a eu besoin de soutiens. Depuis le 1er novembre 1954, elle est en guerre contre la France qui l’a annexée à son empire colonial en 1830 pour en faire, à la différence de ses autres possessions africaines, non une colonie d’exploitation, mais une colonie de peuplement.
Les affrontements sont rudes. Deux slogans inspirent les politiques français dont un certain François Mitterrand : « l’Algérie française », « la France de Dunkerque à Tamanrasset ». Les fellaghas ne cèdent pas. Face à leur résistance, une autre formule leur est proposée : l’indépendance des départements du littoral méditerranéen contre le maintien des départements de la zone saharienne sous tutelle française.
Quand il s’agit de décoloniser, la France n’est jamais à court de formules pour pérenniser, sous d’autres formes, sa domination. Cette deuxième proposition inspire aux nationalistes algériens la question suivante, comme pour mettre en exergue l’absurdité de la formule : « Ainsi donc, la France irait de Dunkerque à Tamanrasset sans passer par Alger, Oran et Constantine ? »
De guerre lasse, la solution est enfin trouvée, la France finit par trouver la formule idoine : elle propose « la paix des braves ». Des négociations s’ouvrent à Evian. Elles débouchent sur des accords. Ainsi, après huit années de résistance, l’Algérie arrache son indépendance en se proclamant Etat indépendant le 9 septembre 1962.
Dès 1959, le soutien de notre pays lui a été acquis. Ce soutien sera l’un des sujets de frictions qui nous opposera à nos frères sénégalais au sein de la Fédération du Mali : eux étaient favorables aux thèses françaises d’une solution du conflit algérien par la voie du dialogue ; nous, nous soutenions le droit imprescriptible du peuple algérien à vivre libre sur la totalité de son territoire, au nom du principe des peuples à disposer d’eux-mêmes. Après le 22 septembre 1962, une fois indépendants et libres de tout lien avec la France, nous avons affirmé, avec plus de vigueur, notre soutien à la cause des moudjahiddines, un soutien sous diverses formes.
L’Algérie n’est pas encore Etat souverain. Il n’empêche, nous l’autorisons à ouvrir une ambassade à Bamako avec Abderahmane Nekli comme chef de la mission diplomatique. En janvier 1961, les pays membres du Groupe de Casablanca décident, dans le cadre de leur soutien à l’Algérie combattante, la création d’un « Front Sud Saharien » contre la France colonialiste. Notre pays rend possible la création de ce front. A Gao, nous autorisons la création de la « Willaya 7 », une base militaire arrière destinée à renforcer les possibilités d’intervention de la « Willaya 6 » installée dans le sud algérien. Nous sommes allés plus loin en acceptant le recrutement de quelque 200 combattants sur notre territoire et mettront à leur disposition le camp d’In Tedeyni pour les regrouper. A l’ONU, notre vote lui est acquis. La « région » de Kidal lui sert de sanctuaire. Ses combattants, blessés, reçoivent des soins à Kidal ou à Gao. Nous condamnons les expériences nucléaires au Sahara.
Une fois devenue indépendante, l’Algérie nous reconnaîtra ce soutien. Cette reconnaissance se manifeste à plusieurs reprises, dont deux méritent d’être rappelées ici. En octobre 1963, elle nous a fait l’insigne honneur de nous accepter comme médiateurs dans le conflit qui l’opposait au Maroc lors de « la guerre des sables » après qu’eurent été récusés Habib Bourguiba, Gamal Abdel Nasser et la Ligue Arabe. Le même mois, elle mettait aux arrêts Zeyd Ag Attaher, chef de la première rébellion touarègue pour le remettre aux autorités maliennes.
C’est au vu de ce passé que son attitude à notre égard suscite, aujourd’hui, des questions. Nous ne pouvons pas comprendre qu’en tant que chef de file de médiation internationale, elle nous ait soumis un accord mettant sur le même pied d’égalité l’autorité centrale et une fraction du peuple en rébellion contre elle. De même, nous ne pouvons pas comprendre ces facilités accordées aux rebelles, surtout à Iyad Ag Ghaly sur son territoire. Certes, nous ne saurons la rendre responsable de la déconfiture qui est la nôtre actuellement. Sur ce point, nous avons une large part de responsabilité à assumer si l’on sait que certains de nos responsables politiques, et pas des moindres, sont allés jusqu’à légitimer la rébellion, à reconnaître le droit à la sécession. Cependant, notre destin nous ayant échappé, nous attendions de l’Algérie une attitude autre que celle qu’elle a adoptée.
Son Premier ministre, Abdelmalek Sellal vient de co-présider les travaux de la Grande Commission Mixte Mali-Algérie. Plusieurs accords et conventions ont été signés. Nous avons manifesté notre satisfaction et avons baptisé un de nos boulevards du nom d’Abdel Aziz Bouteflika. Mais, nous attendons plus de sa part, compte tenu de ce qu’elle peut faire à elle seule pour que nous recouvrions notre souveraineté sur la totalité de notre territoire national. Dans la tragédie que nous vivons actuellement, l’Algérie aurait pu jouer un autre rôle que celui qu’elle a joué, qu’elle continue de jouer. Elle aurait dû être une alliée du Mali, comme en 1963, elle n’aurait pas dû accepter le rôle de chef de file d’une nébuleuse médiation internationale. C’est la raison pour laquelle, sans méconnaître la portée de son engagement à nos côtés, nous disons qu’elle peut mieux faire.
LA REDACTION LE SURSAUT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Le Mali est à la croisée des chemins

  Embourbé depuis 2012 dans une profonde crise, après l’ignoble coup d’Etat perpétré par le …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils