dimanche 3 juillet 2022
Accueil | Politique | DÉMISSION DE CHEICK OUMAR SISSOKO DE EMK, Une mauvaise récompense politique ?

DÉMISSION DE CHEICK OUMAR SISSOKO DE EMK, Une mauvaise récompense politique ?

 

 

« Chaque union basée sur des intérêts, est appelée un jour à la rupture », dit-on, mais la manière d’en procéder laisse souvent à désirer. C’est le cas de l’Espoir Mali Kura (EMK), dont le directoire a unilatéralement mis fin aux fonctions de leur coordinateur, Cheick Oumar Sissoko.   Une manœuvre politique derrière cette décision ? En tout cas, rien d’étonnant vue les arguments avancés donnant l’impression de dissimuler ainsi, le rôle qu’a joué le cinéaste au sein du mouvement.

Plus de suspense, rien ne va plus au sein du mouvement Espoir Mali Kura (EMK) une véritable chienlit oppose, désormais, ses leaders pour des visions purement politiques. Cependant, lors d’une déclaration rendue publique par quelques responsables du mouvement EMK, Cheick Oumar Sissoko a été démis de ses fonctions de coordinateur pour de  » travail fractionnel « . Le sieur Sissoko est accusé d’avoir dévoyé la lutte de EMK, résolument engagé à soutenir les actions du gouvernement en place piloté par le président du comité stratégique du M5-RFP, Choguel Kokala Maiga, fortement décrié par ses anciens camarades de lutte.  Pourquoi ces leaders sont-ils arrivés jusqu’à ce point de non-retour ? Une question qui agite le landerneau politique national.  Par ailleurs, il est utile de rappeler que le mouvement Espoir Mali Kura a été le premier à s’opposer, en tout cas de façon officielle, à la gestion dite « calamiteuse »  du régime déchu et fût  consécutivement  rejoint par la CMAS et le FSD lors des moments de contestation. Et ce triumvirat se reconstituera par la suite, pour donner naissance au mouvement des forces patriotiques du 5 juin (M5-RFP), désormais divisé dans sa forme actuelle. En effet, cette même effervescence est aujourd’hui une réalité au sein du mouvement Espoir Mali Kura.   En terme clair, la méfiance y règne.   Si l’on analyse de façon approfondie, la décision relative à l’expulsion du cinéaste de toutes les instances, laisse croire que le ministre de la Refondation Ibrahim Ikassa Maiga et ses camarades ont été animés   par la passion plutôt que d’objectivité. Selon les observateurs politiques, Ils auraient dû donner la chance au dialogue en vue de rapprocher les tendances.  Incontestablement, Cheick Oumar Sissoko, puis que c’est de lui qu’il s’agit, a été un militant important dans les bons  fonctionnements due EMK.   Nonobstant sa position plus ou moins réfractaire aux yeux de certains, il était semble-t-il, sans reproche.  Notamment en termes de contributions et d’engagements et M Sissoko avait aménagé son propre domicile, en lieu de rencontres du Mouvement E M K et ce, pendant la lutte du M5 jusqu’à son éviction.  En définitive, avant de penser à une éventuelle redynamisation, une orientation et une posture peu enviable, les militants de EMK devraient tirer de leçons du passé.  Mais une chose est certaine, cette crise politique entre le directoire de l’Espoir Mali kura est loin de connaître son épilogue, car le cinéaste est dans une dynamique ferme, qui n’a jamais se laisser   abattre par d’aucune adversité politique.  

    Yacouba COULIBALY L’ALTERNANCE

Djibril Coulibaly

Voir aussi

MASSACRE DES CIVILS À DIALLASSAGOU: La Minusma ouvre une enquête  

  La Minusma vient de déployer une mission d’établissement des faits au village du Diallassagou …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils