samedi 1 octobre 2022
Accueil | Politique | DÉFORMATION DES PROPOS DES ACTEURS DU 26 MARS: L’Adema-Pasj met le CDM en garde   

DÉFORMATION DES PROPOS DES ACTEURS DU 26 MARS: L’Adema-Pasj met le CDM en garde   

 

 

 

Le parti Alliance pour la démocratie au Mali-parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-Pasj), l’initiateur le 2 avril dernier de la journée d’échanges sur les 31 ans d’exercice démocratique au Mali, a tenu à clarifier les interventions et propos tenus à cette occasion par les différents acteurs de 91. Dans un communiqué en date du lundi 4 avril 2022, signé par le président Marimantia Diarra, le parti a tenu à faire une mise au point.   

Le Panel marquant le 31eanniversaire de la démocratie organisée par l’ADEMA-PASJ a connu des fortunes et interprétations diverses. Des propos ont été attribués à certains panélistes faussement. Face à cette situation, l’ADEMA a fait un communiqué de mise au point par rapport aux propos attribués aux panélistes, dont M. Tiébilé Dramé et Dr. Oumar Mariko, lors de leurs prises de parole à la journée d’échanges sur les 31 ans d’exercice démocratique au Mali.

Pour rappel, le 2 avril 2022, l’Adéma-PASJ a organisé pour la première fois, un Panel des principaux acteurs de l’avènement de la démocratie multipartite au Mali. Pour le parti de l’abeille, cette initiative avait pour objectif de jeter un regard rétrospectif critique et objectif sur les 31 ans d’exercice démocratique pour relever les acquis et insuffisances afin de mieux se projeter dans l’avenir.

“En attendant les différents actes de cette journée commémorative du 26 mars 1991, il nous parait prématuré de tirer des conclusions hâtives d’échanges ouverts. C’est pourquoi, surpris par la publication d’un communiqué sur les réseaux sociaux au nom d’un certain Collectif pour la défense des militaires, en abrégé CDM, en date du 3 avril 2022, attribuant des propos à certains panélistes, l’Adéma-PASJ souhaite apporter des précisions’’, lit-on dans le communiqué.

En effet, le Collectif en question dit avoir « appris avec stupéfaction la déclaration honteuse que le CDM qualifie de trahison nationale, venant de Monsieur Tiébilé Dramé en marge, selon eux (les acteurs du mouvement démocratique : Ndlr) du 31e anniversaire de la démocratie Malienne. Dans laquelle déclaration, M. Dramé aurait « annoncé la célébration prochaine du dixième 10e anniversaire de l’Azawad ».

Par la même occasion, le CDM attire l’attention des plus hautes autorités sur de tels mouvements et regroupements sous prétexte d’être des « acteurs démocratiques’’ et les exhorte à plus de vigilance en jouant pleinement leur partition dans la stabilité de notre pays.

Pour l’ADEMA, cette grossière déformation des faits, cette menace contre les acteurs du mouvement démocratique appelle de la part de l’Adéma-PASJ, initiateur et organisateur du Panel de haut niveau en question, commémorant le 31e anniversaire de la révolution du 26 mars 1991, des précisions.

Le Panel tenu le 2 avril 2022 au CICB sur initiative du Comité exécutif de l’Adéma-PASJ, avait regroupé les panélistes tels que Me Mountaga Tall, Mme Sy Kadiatou Sow, Pr. Ali Nouhoum Diallo, Tiébilé Dramé, Pr Moustapha Dicko, Dr. Adama Tiémoko Diarra, Dr. Mohamed Chérif Cissé et Dr. Oumar Mariko. Etaient également présents, en qualité d’invités d’honneur, les anciens Premiers ministres à savoir Zoumana Sacko et Modibo Sidibé, des Chefs de partis politiques, des représentants de la Société civile et d’autres acteurs du 26 mars 1991.

Selon le communiqué de l’ADEMA, Tiébilé Dramé, panéliste de la journée d’échanges n’a jamais tenu les propos que le CDM  lui attribue, encore moins dans l’esprit de soutenir une quelconque séparation de notre pays. Au contraire, II a voulu alerter en ces termes : « Après le succès de la révolution démocratique, le Mali se trouve confronté à un certain nombre de difficultés dont on peut énumérer quelques-unes. C’est un pays fragile, divisé et très divisé, un pays où la menace séparatiste est particulièrement ravivée ces derniers mois. Dans quelques jours, nous aurons un indicateur. Parce que, dans quelques jours, ce sera le 10e anniversaire de la proclamation de l’indépendance de l’Azawad. L’on verra la façon dont ce 10e anniversaire sera célébré. Ça nous donnera une indication de la force de la menace terroriste dans un contexte de crise et d’affaiblissement de notre pays ». L’ADEMA précise également que les auteurs dudit communiqué ne peuvent apporter aucune preuve de leurs accusations ni aucun fait précis.

Par conséquent, l’Adéma-PASJ invite le CDM à suivre l’intégralité des propos tenus par M. Dramé et d’autres acteurs du Mouvement démocratique sur les réseaux sociaux, car la journée d’échanges a été intégralement enregistrée, sous forme d’audio et de vidéos, et retransmise en direct.

Par ailleurs, l’Adéma-PASJ a tenu à rappeler qu’aucune menace, aucune intimidation, aucun chantage n’entamera la ferme détermination des acteurs du mouvement démocratique à sauver la démocratie et à s’opposer aux tentatives de falsification et de réécriture de l’histoire de la démocratie au Mali par des nostalgiques de la période révolue de la dictature et du parti unique constitutionnel.

Le communiqué de l’ADEMA précise que la démocratie, les libertés individuelles et collectives ont été arrachées de haute lutte et dans le sang par le peuple souverain du Mali.

L’Adéma-PASJ, tout en ayant éclairé l’opinion nationale et internationale, invite les auteurs de ce communiqué à arrêter leur malheureuse aventure qui ne fera qu’exacerber des tensions inutiles.

Regrettant ce tendancieux communiqué rédigé par des personnes, prétendant défendre les militaires,  contenant des faits erronés, l’Adéma-PASJ, tout comme les autres formations politiques issues du mouvement démocratique, fidèles aux principes de la démocratie, de l’intégrité du territoire national, dit ne pas avoir aucune leçon de patriotisme ou de morale républicaine à recevoir des personnes qui veulent faire de la situation difficile actuelle de notre pays un fonds de commerce en se targuant de défenseurs de l’armée nationale.

Bourama KEITA LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

OPÉRATIONNALISATION DU RAMU: La CANAM à pied d’œuvre pour s’enrichir des meilleures expériences d’ailleurs  

  La Caisse nationale d’assurance maladie (CANAM) est à pied d’œuvre pour l’opérationnalisation du Régime …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils