dimanche 27 septembre 2020
Accueil | Education | Crise scolaire : les syndicats des enseignants mettent de l’eau dans les veines !

Crise scolaire : les syndicats des enseignants mettent de l’eau dans les veines !

Après début difficile entre les syndicats des enseignants et la junte ; vendredi 11 septembre dernier, ils sont parvenus à un accord pour mettre fin à une longue grève qui n’a que trop durée. Enfin, nos enfants pourront retourner dans les classes dès lundi 14 septembre sur toute l’étendue du territoire.

Contre toute entente, les syndicats des enseignants ont suspendu leur mot d’ordre de grève le vendredi 11 septembre dernier, après de longues et intenses négociations entre les syndicats et la junte, qui venait juste de prendre le pouvoir.  Pour rappel, les syndicats des enseignants avaient dit qu’ils ne retourneraient qu’à la satisfaction intégrale de leurs doléances dont son contenu tourne essentiellement sur l’article 39. Par contre, on se demande pourquoi ils ont fini à dire oui, pour la rentrée. De prime à bord, on peut affirmer que c’est pour l’avenir de nos enfants, mais ceci est tiré par les cheveux.  Peut-être c’est après moult réflexions qu’ils ont accepté finalement la proposition de la junte qui était de payer le mois de septembre puisque le trésor public ne pouvait pas supporter l’accord intégral de leurs doléances surtout, pas en cette période de crise. Deuxio, pour des raisons de compassion envers la population qui avait à un certain moment plaidé la cause de leurs enfants afin que ceux-ci retournent à l’école et ainsi facilité leur combat. Il faut reconnaitre que la population avait beaucoup plaidé la cause des enseignants, avant les évènements du 18 août dernier qui ont abouti au renversement du régime de l’heure IBK. Ces parents d’élèves n’étaient pas du tout contents de voir qu’en période de l’embargo de la CEDEAO que les enseignants s’élèvent pour réclamer leur droit. Enfin, pour le moment les dates des examens sont du 12 au 14 octobre pour les DEF, du 19 au 22 octobre pour les BAC enfin, du 26 au 29 pour le CAP et le BT1 du 09 au 12 novembre et BT2 du 16 au 20 novembre. En tout cas, cette suspension de mot d’ordre de grève enlève mille épines dans les pieds des parents d’élèves qui ne savaient plus que faire pour leurs enfants. Aussi la junte doit surveiller ce rapport verbal pour éviter un retournement dans la situation que nous venons de vivre.

À suivre

Lansine Coulibaly

Malick Diancoumba

Voir aussi

Collectif National des Enseignants Chercheurs du Supérieur (CNECSUP) : « Le collectif exige le paiement immédiat des arriérés d’heures supplémentaires et des frais de taches liés aux examens… »

Le Collectif National des Enseignants Chercheurs du Supérieur a organisé une conférence de presse ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils