jeudi 1 octobre 2020
Accueil | Politique | Crise politique à Konsiga : Bras de fer entre le Maire URD et la jeunesse persiste

Crise politique à Konsiga : Bras de fer entre le Maire URD et la jeunesse persiste

Au lendemain de la sortie médiatique de l’association des jeunes de Konsiga, le 31 décembre 2017, à Bamako, ce fut après ceux de  l’URD de donner leur version des faits à travers une conférence de presse en date du 11 janvier 2018. La déclaration lue à cet effet par le Ministre Vice-président, Pr Salikou Sanogo, fait état d’une cabale politique contre l’URD. Par conséquent, le parti URD et l’association des jeunes de Konsiga demandent l’intervention diligente du Gouvernement.

Selon le contenu de la déclaration, dans la matinée du vendredi 15 décembre 2017, les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser un groupe de manifestants dans la Commune rurale de Konsiga, Cercle de Yelimané, Région de Kayes. Ce groupe occupait illégalement, depuis plusieurs jours, les locaux de la Mairie de ladite Commune empêchant ainsi, le Maire Tamassa KEBE du l’URD et les autres usagers d’y accéder. Au cours  de cette opération policière, il y a eu des échauffourées entre les occupants des lieux et les forces de l’ordre qui se sont  soldées par 8 blessés et 1 décès parmi les manifestants et nombreux blessés du côté des forces de l’ordre.

Dans un communiqué publié, le 18 décembre 2017, l’URD a condamné cette situation et présenté ses condoléances à la famille du défunt et souhaité prompt rétablissement aux blessés. L’URD a également déploré l’occupation du Consulat du Mali à Paris qui s’en est suivie. L’URD a invité toutes les parties au calme, à la retenue et au respect strict des lois de la République. L’URD a demandé au Gouvernement de prendre toutes les dispositions urgentes pour faire la lumière sur cette affaire et éviter que de tels dérapages ne se reproduisent.

Le Ministre de l’Administration Territoriale s’est rendu sur les lieux à Kayes pour rendre visite aux blessés  hospitalisés et à Kersignané pour présenter aux parents de la victime ses condoléances et souhaiter un prompt rétablissement aux autres blessés. Il a tenu des propos publics apaisants et pris l’engagement de prendre des mesures visant au règlement définitif du conflit. Il a exhorté les Habitants du village à revenir au calme et surtout à respecter les lois de la République. Il est à noter que, curieusement, le Ministre de l’Administration Territoriale s’est fait accompagner dans son déplacement à Kersignané par le Premier Responsable de l’association DAGAKANE à Bamako qui est un protagoniste du conflit avec le Maire. Pour preuve, les Habitants du village de Kersignané qui sont hostiles au Maire de la Commune ont entrepris, en rapport avec les militants de l’association Dagakané, une série d’actions revendicatives dont la reprise immédiate de l’occupation de la Mairie de Konsiga. Ainsi, ils ont organisé une manifestation devant l’Assemblée Nationale à Bamako et occuper le Consulat Général du Mali en France par les leurs sur place. D’une manière générale, les manifestants exigeaient la démission du Maire Tamassa KEBE de Konsiga et sa traduction en justice, la levée de l’immunité parlementaire de l’Honorable Mahamadou Hawa GASSAMA, Député élu à Yélimané  ainsi que le départ du Gouverneur de la Région de Kayes de son poste aux motifs qu’ils étaient tous coupables d’avoir agi contre les intérêts de la population et surtout d’avoir ordonné la répression des occupants de la Mairie par les forces de l’ordre. Malheureusement, force est de constater qu’après la visite du Ministre, la situation ne s’est nullement améliorée sur le terrain. Bien au contraire elle est en train de prendre des tournures graves et inquiétantes qui interpellent fortement le Gouvernement de la République du Mali et tout Démocrate sincère épris de paix et de justice. Le maire, Tamassa KEBE et certains de ses collègues continuent de faire l’objet de menaces de mort de la part des individus qui n’hésitent pas à publier, à visage découvert, sur les réseaux sociaux des vidéos dans ce sens. Ces menaces et intimidations ont amené certains Conseillers à rendre leur démission.

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Mise en place de la transition : où se trouve la charte de la transition ?     

Depuis le 25 septembre, notre pays a amorcé une nouvelle page de son histoire avec …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils