dimanche 17 octobre 2021
Accueil | Votre opinion | Chronique du web : L’Afrique, une poubelle « low cost »

Chronique du web : L’Afrique, une poubelle « low cost »

Depuis plusieurs décennies, notre continent est au cœur d’un trafic mortellement juteux de déchets de tous genres en provenance de l’Europe et, probablement, d’autres continents. Qu’ils soient des résidus d’hydrocarbures, des déchets industriels, des déchets radioactifs ou des e-déchets, ces déjections des grandes nations du Nord ont un grave impact sur l’environnement africain et sur la vie de nos concitoyens qui les côtoient et les exploitent, sans précaution minimale, pensant y découvrir une manne. De nombreux pays africains ont été cités dans les années 80, 90 et 2000 qui auraient accueilli des cargaisons de déchets hautement dangereux soit en toute connaissance de cause, contre forte compensation financière, soit qui se seraient fait abuser par des réseaux criminels internationaux. A l’époque, certains médias ont pu évoquer des opérations secrètes d’enfouissement de déchets radioactifs dans des zones africaines à faible densité. Le Probo Koala, ce cargo fantôme affrété par la multinationale Trafigura, en provenance des Pays-Bas, qui a répandu son contenu mortel dans des décharges autour d’Abidjan en août 2006, est emblématique de ce crime sanitaire et environnemental qui enrichit commanditaires et intermédiaires véreux. Si, dans ce cas-ci, la Haute Cour de justice de Londres a ordonné l’indemnisation de toutes les victimes (17 morts et 43.000 intoxications.) à concurrence de 750.000 francs CFA, soit 1.150 euros, combien d’autres malheureux irradiés ou intoxiqués ont-ils péri dans d’atroces souffrances ou sont handicapés à vie dans l’ignorance totale des juridictions ? Et combien d’Etats africains ont-ils légiféré par précaution pour décourager ou punir les candidats ou auteurs de ces graves crimes contre l’environnement et les populations laborieuses déjà très fortement éprouvés par les changements climatiques ? A défaut, les sociétés civiles africaines devraient se saisir de la question et se constituer en groupes de pression auprès des Etats, des multinationales et des organisations internationales fondées à connaître de ces graves crimes. Au lieu de cela, nous assistons à une accélération de l’importation de déchets de tous genres dans nos pays. Dans des villes comme Abidjan, Bamako, Conakry ou Dakar, tous les espaces vagues y compris parfois les trottoirs sont achalandés de vieilleries de toutes sortes : réfrigérateurs, climatiseurs, téléphones portables, consoles, jeux vidéos, téléviseurs, engins à deux roues, électroménager, appareils de salles de sport, vieux ordinateurs, matelas,… Outre la friperie classique, de vieux habits conditionnés en vrac font partie de ce commerce international qui a tout pour tuer nos jeunes unités industrielles. Dans un pays de la sous-région, un débat public a été suscité autour de cette friperie d’un nouveau genre qui a malheureusement de nombreux adeptes. Et des demoiselles s’exprimaient à visage découvert s’extasiant d’y dénicher des dessous et autres effets vestimentaires qu’elles ne pouvaient ni trouver ni s’offrir dans le commerce traditionnel. Quid du négoce des véhicules de seconde main qui, en plus d’accélérer la pollution dans nos villes et campagnes, transforme nos pays en cimetières de véhicules ? C’est connu, de nombreux véhicules importés en Afrique sont en fin de leur cycle de vie et ne peuvent plus être exploités en Occident. La côte d’alerte a été atteinte et déjà en 2012, lors d’un colloque organisé au siège du PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement) à Nairobi au Kenya, les experts ont tiré cette conclusion glaçante : « En 2017, la quantité des e-déchets devrait même dépasser celle générée par l’Europe et ce, en raison de la consommation de plus en plus importante d’ordinateurs, de téléphones portables sur le continent africain ». Selon le PNUE, les explications sont les suivantes : « d’une part la croissance démographique et d’autre part l’accès croissant aux équipements électroniques dont font partie les nouveaux outils de la communication et de l’information comme la téléphonie mobile ». Les experts du PNUE poursuivent leur argumentaire : « Le taux de pénétration concernant les ordinateurs personnels a été multiplié par 10 ces dix dernières années et le nombre d’abonnés à un réseau de téléphonie mobile, par cent ». Vous aurez aisément deviné le fond de ma pensée qui est qu’il faut mettre de l’ordre dans cette activité. Et le plus tôt sera le mieux ! A ce stade, notre niveau de pollution est inversement proportionnel à notre niveau d’industrialisation, ce qui est tout simplement scandaleux. Je ne suis pas de ceux qui trouvent quelque circonstance atténuante au commerce des déchets, c’est ainsi qu’il faut le désigner, qui serait une filière porteuse de l’économie informelle. Historiquement, certains pays asiatiques (Japon, Inde, Chine…) auraient acquis une expérience robuste du désossement du matériel informatique qui leur a permis de devenir des Dragons et d’être de redoutables concurrents aux nations industrialisées d’Europe et d’Amérique du Nord. En outre, l’Asie s’est dotée de meilleurs instituts, universités et grandes écoles où sont formés les génies informatiques qui illuminent la nouvelle économie aux Etats-Unis (Silicon Valley), en Grande Bretagne et au Canada. Pour prendre un raccourci, ne dit-on pas d’ailleurs que l’Asie est l’Atelier du monde ! Par contre, je reste de marbre face à l’opération de communication de certains médias occidentaux montant en épingle une success-story ridicule d’un architecte et anthropologue togolais,Sénamé Koffi Agbodjinou, qui aurait réussi à construire un prototype d’imprimante 3D (W.Afate 3D Printer) à partir uniquement de déchets électroniques recyclés en 2013. Que grand bien lui fasse de rafler de nombreux prix internationaux !

Serge de MERIDIO

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Abdoulaye Diop au sujet des terroristes    

  L’impérieuse question sur la possibilité de dialoguer avec les terroristes que le gouvernement de …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils