mercredi 7 décembre 2022
Accueil | Politique | CALENDRIER DE LA TRANSITION: L’avis de la Cedeao ne compte plus !  

CALENDRIER DE LA TRANSITION: L’avis de la Cedeao ne compte plus !  

 

 

Les autorités de la transition maliennes ont acté un chronogramme de 24 mois pour préparer le pays à l’organisation d’élections libres et transparentes. C’est l’annonce faite, le jeudi 21 avril 2022 par le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, lors de son passage devant les membres du Conseil national de Transition pour évaluation de la mise en œuvre du Plan d’action gouvernemental.  

Cette annonce a été faite après des interpellations de membres du Conseil national de transition (CNT), réunis en séance plénière pour l’examen de la mise en œuvre du Plan d’action du gouvernement (PAG) adopté depuis 10 mois. Acculé par des questions sur l’immobilisme et le retard dans la mise en œuvre du PAG, Choguel a estimé que ce retard était dû à plusieurs paramètres dont la tension avec la CEDEAO au sujet de la prolongation de la transition.

Les questions des parlementaires étaient relatives aux acquis de la transition et la suite du processus de refondation, au chronogramme électoral, à la montée en puissance des forces armées, aux sanctions prise le 9 janvier dernier à Accra (Ghana) par la CEDEAO et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), à l’école, à la santé ou encore au panier de la ménagère.

Les membres du CNT ont aussi manifesté leurs inquiétudes par rapport au retard pris dans le processus de refondation de l’État. « En dehors de la sécurité, les objectifs du chronogramme de juin 2021 à février 2022 ne sont pas atteints’’, a dénoncé Boubacar Mamadou Diallo, rapporteur de la commission loi du CNT.

En réponse, le Premier ministre a expliqué que le contexte défavorable qui a caractérisé la situation dans laquelle nous nous sommes retrouvés permet de comprendre certaines difficultés. ‘’L’essentiel, c’était de faire des choix : réaffirmer la souveraineté du Mali’’, a-t-il dit.

Par ailleurs, M. Maïga a assuré que le Mali ne quitterait pas la CEDEAO, ne prévoit pas de créer une monnaie propre et ne voit aucune objection au renouvellement du mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) en juin prochain. « Je dois vous dire que les discussions avec la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, ndlr) continuent », a déclaré  Choguel Maïga.

« Nous avons espéré de semaine en semaine trouver un accord avec la CEDEAO pour rentrer dans un processus d’accélération (…), mais nous sommes arrivés à un point où nous avons perdu trois mois de discussion et aujourd’hui nous avons décidé de ne plus attendre », a ajouté M. Maïga.

Selon lui, à partir de cet instant, ils vont engager le processus de mise en œuvre de tout le plan de la transition pour les deux ans qui ont été retenus par le président de la transition », le colonel Goïta. « La preuve est faite par A+B qu’on ne peut pas aller  en-deçà de 24 mois sauf si on décide de reporter ou de ne pas faire jusqu’au bout certaines actions », a encore affirmé M. Maïga.

Après le coup d’État du 18 août 2020, une transition politique de 18 mois a été lancée au Mali le 15 septembre 2020. Elle est arrivée à échéance le 27 février dernier. Depuis lors, les autorités de transition négocient toujours une prolongation de ce délai avec la CEDEAO soutenue par la Communauté internationale. Faute de convaincre les chefs d’État ouest-africains, les autorités de la transition ont proposé 24 mois et s’en tiennent à cette durée qui prend effet à partir du 21 avril 2022 sans l’avis de la CEDEAO désormais qui ne semble non plus faire marche arrière.

Le 25 mars, à Accra, les chefs d’État avaient proposé une prolongation de 12 à 16 mois pour la transition, une différence de 8 mois qui divise jusqu’alors.

Bourama KEITA LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Vie syndicale dans le secteur des Eaux et Forêts

  Quand un syndicat affilié à la CDTM, centrale syndicale créée et dirigée par l’actuel …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils