lundi 10 mai 2021
Accueil | Important | Belmokhtar annoncé pour mort : Encore un nouveau démenti

Belmokhtar annoncé pour mort : Encore un nouveau démenti

Annoncé pour mort pour la énième fois en fin novembre dernier par des sources militaires américaines citées par le Wall Street Journal, le Chef d’Al-Mourabitoune Mockhtar Belmokhtar serait toujours de ce monde malgré les frappes françaises dont sa personne avait fait l’objet ces derniers temps. Les dernières nouvelles venant d’Alger laissent croire que le Chef djihadiste a survécu à ses blessures concédées lors du dernier raid l’ayant visé.

 

En effet, selon nos informations, les aveux faits par un infirmier nigérien, arrêté au Niger pour avoir soigné Belmokhtar de ses blessures, ont fini par convaincre les services de renseignements algériens que le numéro un d’Al Mourabitoune possède encore quelque part dans la nature ses capacités de nuisance.

«Il a bien été visé, avec d’autres terroristes, par une frappe aérienne en novembre dernier ; mais, il a échappé à ce raid», a expliqué une source sécuritaire algérienne citée par Middle East Ey.

En novembre dernier, il avait également été visé avec d’autres leaders d’AQMI par une frappe de drone américain. Grièvement blessé, il aurait été soigné par un médecin de Ghadamès (oasis du sud libyen, à la frontière avec la Tunisie et l’Algérie), et par un infirmier nigérien qui vient d’être arrêté.

Selon ce dernier, Belmokhtar serait aujourd’hui immobilisé par une grave blessure au dos, des brûlures au deuxième degré, et une blessure au pied causé par un éclat de missile. Il n’y a malheureusement pas ce témoignage seul qui fait croire que celui que l’on surnomme «Le Borgne» (il a perdu un œil en Afghanistan) est toujours vivant. Selon Abdelbagui Bahela, un des notables de la tribu Amhar, au nord du Mali, cité par Middle East Ey, le site d’information indépendant, des militaires français sont même venus mi-novembre à Boghassa (dans la Région de Kidal) pour effectuer des prélèvements sur le fils de Belmokhtar (qu’il a eu avec sa seconde épouse, de la tribu Amhar).

Autre indice laissant penser que Belmokhtar est toujours vivant : le dernier communiqué d’al-Mourabitoune revendiquant l’attaque qui a ciblé une position de l’armée malienne à 50 km au sud-est de Gao, le 11 novembre dernier, n’avait rien qui laissait entrevoir la disparition de ce Chef djihadiste tristement célèbre.

Katito WADADA : LE COMBAT

 

COULIBALY

Voir aussi

Exigence d’un « calendrier électoral définitif » : Washington déjoue le plan funeste des putschistes

  Les États-Unis exigent des autorités de la Transition malienne « un calendrier définitif confirmant les …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils