vendredi 18 juin 2021
Accueil | Politique | Après la visite du premier ministre à kidal: Les prochaines élections législatives prises en otage ?

Après la visite du premier ministre à kidal: Les prochaines élections législatives prises en otage ?

La question n’est point motivée par des actions d’alarmistes jouant aux oiseaux de mauvais augure. Politiquement, le désenchantement a vite envahi la cité. Pour quelques jours de présence de Dr. Boubou Cissé, tout a semblé pourtant aller comme dans le meilleur des mondes. Seule fausse note, du moins qu’on ne croyait pas comme telle puisqu’il était impossible de la cacher, le réseau Internet local, à défaut d’être inexistant, était trop faible pour permettre l’instantanéité des posts sur les réseaux sociaux. Ce qui favorisera grandement à donner un retentissement officiellement souhaité aux reportages féeriques de l’Ortm et des quelques journaux triés sur le volet et invités pour la circonstance. 

 

Avant d’arriver à Kidal le 5 mars, le Premier ministre et sa délégation sont passés par Gao, Ménaka, Aguelhoc et Tessalit. Dans cette dernière localité, pour ne citer que ce seul cas, le chef du gouvernement et sa suite ont visité en pompe les infrastructures réhabilitées par le PURD-RN à Ahambubar, ouvrant la voie aux annonces mirobolantes que le n°1 réservait pour Kidal. À Ahambubar, du neuf scintillait sur les bâtiments administratifs désormais aptes à recevoir les services de l’administration publique. Toute l’opération, il faut le savoir, consistait justement à signifier à l’opinion nationale et internationale que le redéploiement de l’administration malienne sur l’ensemble du territoire va bientôt commencer. Mais, pour des observateurs attentifs et des analystes fins, cette vision a été pour le moins battue en brèche par des couacs dont la gestion a échappé aux stratèges et programmateurs de la visite du Premier ministre. Premièrement, Boubou Cissé et ses accompagnateurs, parmi lesquels des ministres importants dont relèvent l’administration territoriale, la sécurité et la défense, ont été partout accueillis par les Casques bleus de la Minusma, qui sont donc apparus comme les vrais protecteurs de la haute délégation. Deuxièmement, le contingent de l’armée malienne dite reconstituée est demeuré dans sa caserne, sauf au moment de la rencontre officielle dans les locaux du gouvernorat de Kidal; cela a plutôt donné une image de mise en scène théâtrale. Faut-il rappeler alors que l’armée malienne reconstituée n’a d’ailleurs pu regagner la cité de l’Adrar des Ifoghas qu’escortée par plus de 200 Casques bleus? Troisièmement, la C.M.A. (Coordination des Mouvements de l’Azawad), tout maître à Kidal avec dans ses cartons ses velléités indépendantistes intactes, a été d’une discrétion suspecte. On a vite compris qu’elle a laissé faire au nom d’un plan convenu avec le pouvoir central. Mais, dites au naturel d’attendre, elle vous rejoindra au galop. L’adage est bien connu et la C.M.A. s’en est appropriée à merveille. Le Premier ministre Boubou Cissé a regagné Bamako pour coïncider avec le lancement, le dimanche 8 mars, de la campagne électorale pour les élections législatives du 29 mars. Pain bénit pour la C.M.A. qui a vite engagé dans son fief des concertations aux fins de déterminer si elle doit sécuriser les futures législatives. Enchère comme aubaine nouvelle? Regret de n’avoir pas contrarié un peu la communication gouvernementale ? Le temps nous le dira. Mais pourquoi cette agitation juste après le départ du PM, surtout en ce qui concerne des élections législatives devant aboutir au renouvellement du parlement national, une étape par ailleurs décisive pour l’organisation d’un référendum constitutionnel pour des raisons auxquelles la C.M.A. n’est pas étrangère ? En plus, à Kidal et dans ses dépendances, les partis politiques les plus représentatifs sur l’échiquier sont-ils réellement dans la course des législatives? Celles-ci sont pour le moins menacées; elles ne sont pas loin d’être prises en otage. Les dix premiers jours après le lancement de la campagne électorale apporteront certainement des éclairages.

Bocar Mahalmadane M.

Malick Diancoumba

Voir aussi

De la contestation à la Primature: Choguel Maïga au sommet de son art !

Après sa nomination au poste de Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga n’a pas tardé …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils