mercredi 22 septembre 2021
Accueil | Politique | ACCUSE DE PREDATEUR FONCIER PAR LE MINISTRE BATHILY : L’honorable Hady Niangadou crache ses vérités

ACCUSE DE PREDATEUR FONCIER PAR LE MINISTRE BATHILY : L’honorable Hady Niangadou crache ses vérités

Lors d’une récente visite au site des logements sociaux de N’Tabacoro, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Affaires foncières, Me Mohamed Ali Bathily aurait qualifié l’honorable Hady Niangadou de prédateur foncier. Pour donner sa part de vérités sur ce sujet et s’exprimer sur d’autres actualités brûlantes du moment, comme le projet de révision constitutionnelle et le soutien de son parti, la CODEM, au président IBK pour 2018, l’honorable Niangadou était face aux hommes de médias le mercredi 14 juin 2017 à la Maison de la Presse.

Pour l’honorable Niangadou, aux yeux de nombreux Maliens, le ministre Mohamed Ali Bathily se montre intraitable par rapport à la question liée au foncier, et cela sans avoir, pour autant, engagé de réelles réformes sur le sujet. Le deuxième vice-président de l’Assemblée Nationale et non moins, troisième vice-président de la CODEM, reste convaincu de l’incapacité du ministre Bathily à gérer la problématique du foncier malien et n’a pas manqué de le qualifier de «ministre populiste et spectateur». Pour l’honorable Niangadou, le ministre Bathily se fait passer pour un homme propre pour tromper la conscience des gens et voler l’argent du contribuable avec son discours mensonger à l’endroit du Peuple.
Pour preuve, dit-il, le ministre Bathily n’a rien fait de concret sur le foncier malien pour aider les victimes de spéculations foncières. Par contre, souligne-t-il, «le ministre en charge des Affaires foncières a fait plus de 2000 dérogations pour légaliser la fraude ». Le conférencier indiquera que ces dérogations font plus de 10 milliards. En plus, dit-il, «Bathily a vendu les espaces verts de l’ACI 2000, les bâtiments étatiques. Je vous donnerai très prochainement le nom de tous les acquéreurs».
Par ailleurs, il a ajouté : «quand j’ai parlé de l’ACI 2000 au ministre Bathily, les dérogations, ses missions autour du domaine visant à appliquer l’ancien barème pendant que le nouveau est là, il a eu peur. Il est allé chez le Cherif de Nioro pour lui dire que les gens veulent lui mettre en conflit avec IBK et a sollicité son aide ». En retour, a-t-il renchéri, «le Chérif répondra que son fils va faire le déplacement pour Bamako pour intervenir auprès du président IBK». Parlant de son investissement en Commune II, l’honorable Niangadou dira qu’il est « à plus de 600 millions de F CFA d’investissement » pour le développement de sa Commune et du pays.
Hady Niangadou, l’élu de la Commune II a, en outre, affirmé que le ministre Bathily a menti sur lui à l’Assemblée nationale, l’accusant de détenir des titres fonciers dans la zone aéroportuaire. Sa réponse est la suivante : «si le ministre Bathily arrive à prouver que j’ai des titres fonciers dans la zone aéroportuaire, j’y renonce. On n’est pas digne d’être ministre lorsqu’on est capable de mentir à la représentation nationale. C’est un vacancier qui a dû perdre ses repères. Car il est méchant, et égocentrique». Il révélera aussi que le ministre Bathily a une université en construction pour une valeur de plusieurs centaines de millions de F CFA. Pour conclure ce chapitre, l’élu de la CODEM en commune II, dira que le ministre en charge de l’Urbanisme, n’a aucun programme.
S’exprimant sur le sujet qui occupe aujourd’hui, presque tous les Maliens, à savoir le projet de révision constitutionnelle, l’honorable Niangadou apportera son soutien au processus.
Il a salué l’Opposition républicaine pour sa participation au vote de la loi à l’Assemblée nationale. Pour l’honorable Niangadou, l’Opposition a accepté la révision de la constitution à travers la formulation de 43 amendements et le vote bloqué de 66 amendements. «Elle joue parfaitement son rôle en appelant à voter Non au référendum par formalité et non par conviction. Car, elle a accepté de se joindre au processus» souligne-t-il, avant d’ajouter que «voter Oui ne signifie pas voter IBK. Voter Oui, c’est voter pour le Mali, pour la stabilité socioéconomique et le retour du Mali dans le concert des nations».
S’agissant du soutien de la CODEM à une probable candidature d’IBK pour la présidentielle de 2018, Hady Niangadou indiquera que son parti soutiendra la candidature du président sortant IBK en 2018 si celui-ci venait à briguer un second mandat. «Si nous avons accepté de rester dans le gouvernement après avoir raté l’occasion de le quitter à la faveur du dernier remaniement ministériel, nous avons le devoir moral de soutenir la candidature d’IBK en 2018. Nous allons rester cohérents avec nous-mêmes » a-t-il conclu.
Dieudonné Tembely
tembely@journalinfosept.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

LA FRANCE, VOUEE AUX GEMONIES AU MALI: La Russie peut-elle être une alternative crédible ?

  Après plus d’un siècle de domination, d’asservissement, d’exploitation, d’appauvrissement, d’acculturation, d’aliénation, du Mali par …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils