dimanche 22 avril 2018
Accueil | Art & Culture | Littérature africaine : L’écrivain malien Yambo Ouologuem réhabilité à Lomé

Littérature africaine : L’écrivain malien Yambo Ouologuem réhabilité à Lomé

Spécialiste du roman historique et du pamphlet, Yambo OUOLOGUEM rappelé à Dieu le 14 octobre 2017, à 77 ans, dans son pays natal à Sévaré en pays dogon a été réhabilité le 10 mars dernier, au Togo, à l’Université de Lomé. L’initiative est de la Fondation PAX AFRICANA.

Peu connu du Grand public africain, Yambo OUOLOGUEM fut l’auteur du roman «Le Devoir de violence», publié aux Éditions «Le Seuil» en 1968. Un ouvrage étincelant qui lui a valu «le Prix Renaudot» la même année. Il devint ainsi le premier Africain à se voir attribuer une telle distinction. Même si une vaste polémique littéraire sur fond d’accusations de plagiat conduira à lui retirer ce prix, Yambo OUOLOGUEM, digne fils d’Afrique, demeure incontestablement l’un des précurseurs du renouveau de l’écriture romanesque africaine. Une vie, un parcours, des choix et un legs littéraires immenses que le riche et diversifié public ayant pris part à la cérémonie d’hommage à Lomé a pu parcourir, critiquer et apprécier à leur juste valeur.

Auteur africain d’une rare fécondité en écriture française, Yambo OUOLOGUEM nous lègue un héritage littéraire qui devrait être réhabilité dans l’histoire de la littérature sur le continent noir. Victime des assauts prédateurs de l’Histoire et d’une énorme et inacceptable injustice, Yambo OUOLOGUEM méritait d’être réhabilité. C’est une chose faite désormais.
Ayant pour fondateur Edem K. KODJO (ancien Secrétaire Général de l’OUA -devenue Union Africaine-, deux fois Premier Ministre du Togo, Membre fondateur de la CEDEAO, ex-Membre du Groupe des Sages de l’UA), «PAX AFRICANA» est une Fondation à but non lucratif à vocation internationale dont l’objectif essentiel est de garantir la paix et le développement en Afrique par la construction de l’Unité du Continent.

Katito WADADA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Le site historique du champ de bataille de Kodialanda, classé patrimoine culturel national : Rien d’expropriation foncière !

C’est important de souligner que le classement d’un espace en patrimoine culturel national ne signifie …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *