lundi 20 mai 2019
Accueil | Politique | HONORABLE MAMADOU DIARRASSOUBA : Cet homme qui veut encore sauver IBK

HONORABLE MAMADOU DIARRASSOUBA : Cet homme qui veut encore sauver IBK

C’est bien l’honorable Mamadou Diarrassouba qui est pointé du doigt d’être au-devant pour la motion de censure contre l’actuel gouvernement dirigé par M Soumeylou B Maiga. Et pourtant ce même homme fait partie de ces figures du parti au pouvoir (RPM) qui sont à l’origine du remaniement ministériel ‘‘obligatoire’’ qui a vu Soumeylou B. Maiga occuper le fauteuil de premier ministre en vue de donner une chance au régime IBK de conquérir un 2ème mandat. Que s’est-il alors passé ?
Rien ! Nous répondra l’autre. A part la volonté de sauver le régime IBK. Pas forcément d’un coup d’Etat, mais l’honneur d’IBK et celui de sa formation politique (RPM) face à l‘histoire et le peuple du Mali. Ce, au regard des capacités du gouvernement à faire sortir le Mali de l’ornière. Ça, l’honorable Mamadou Diarrassouba l’a fait savoir : “Ce gouvernement ne peut pas nous conduire aux réformes, il ne peut pas aller loin, il faut le revoir dans sa taille et dans ses compétences dans les plus brefs délais”, s’est-il confié aux médias le 3 avril lors d’une session d’interpellation du gouvernement à l’Assemblée Nationale.
“Ce gouvernement ne peut pas nous conduire aux reformes…’’ Ce sont les mêmes mots de conviction qui ont favorisé la nomination de l’actuel premier ministre. Dans les derniers mois de l’année 2017, le doute persistait sur la tenue de l’élection présidentielle. Le régime et les responsables du parti au pouvoir en étaient conscients et il fallait obligatoirement changer d’équipe gouvernementale : ‘‘Nous avons dit à Ibrahim (IBK) que ce gouvernement ne pas nous conduire aux élections (présidentielles) ’’, pouvait-on entendre dire l’honorable Diarrassouba dans un audio ayant fuité à la suite d’une réunion entre militants du RPM.
Le RPM sacrifié pour sauver IBK et le Mali
Le gouvernement dont les compétences ont été mises en doute d’organiser des élections était dirigé par un cadre du parti RPM, Abdoulaye Idrissa Maiga. Et malgré que ce dernier soit du RPM, il a été à l’écart. De ce fait, il fallait simplement comprendre que ce n’était plus une question De formation politique, mais de sauver dans son ensemble le pouvoir d’IBK qui, on le sait, ne serait plus encore là si la présidentielle n’était pas tenue dans le délai constitutionnel.
Et si la motion de censure devait être introduite contre le gouvernement c’est sans doute la seule option qui reste pour sauver encore IBK et son régime ayant en face un ensemble de fronts exigeant le départ du premier ministre.
Par ailleurs, faut-il le noter, celui qui est pointé du doigt d’être au-devant pour la motion de censure, fait partie de l’un de rares responsables du parti pouvoir à reconnaitre l’effort fourni par l’actuel premier ministre : ‘‘Soumeylou est un homme de défi’’, a quelques fois soutenu l’honorable Diarrasssouba.
LA SIRENE

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Les deux soldats français tombés au Burkina élevés au rang de héros: Pourquoi le gouvernement malien n’en fait pas autant ?

Un militaire doit-il mourir pour sa patrie ? Si en occident oui, en Afrique la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :