samedi 15 décembre 2018
Accueil | Politique | GRANDE MARCHE DE CONTESTATION AU MALI ET AU SEIN DE LA DIASPORA : IBK entre légitimité et légalité

GRANDE MARCHE DE CONTESTATION AU MALI ET AU SEIN DE LA DIASPORA : IBK entre légitimité et légalité

Des milliers de partisans de l’Opposition ont battu le pavé le samedi 25 août, à Bamako, Kayes, Nioro, Sikasso, Ségou, Gao, Paris, New York, Ouagadougou pour dire non à ce qu’ils qualifient de dictature de la fraude et pour le respect des votes des Maliens. Face à des gens de plus en plus déterminés, IBK a-t-il d’autres choix que de dialoguer afin de trouver un compromis ? Va-t-il s’accrocher à la légalité au détriment de la légitimité ?
Malgré le communiqué du Gouverneur du District interdisant la marche pour raison d’état d’urgence, des centaines de milliers de partisans de Soumaila Cissé sont sortis le samedi pour contester les résultats proclamés par la Cour Constitutionnelle. Comme une défiance vis-à-vis de l’autorité, de la place de la liberté jusqu’à la Bourse de Travail, les marcheurs étaient sortis massivement pour réclamer la victoire de leur champion Soumaila Cissé. En plus de la détermination, on a senti une certaine conviction ; celle que les résultats proclamés par le Ministère de l’Administration Territoriale et la Cour Constitutionnelle ne sont pas ceux issus des urnes d’où des slogans comme entre autres, non à la dictature de la fraude, Soumaila Cissé Président élu, Respectez les votes des maliens. Arrivée à la Bourse du Travail, on pouvait apercevoir à la tribune Soumaila Cissé, Choguel Kokalla Maiga, Dramane Dembélé, Konimba Sidibé, le représentant du Cherif de Nioro, Paul Ismaël Boro, Tiébilé Dramé, Mme Diakité Kadiatou Fofana, le virevoltant Ras Bath pour ne citer que ceux-ci. Prenant la parole le premier, le représentant du Chérif de Nioro, après avoir adressé le message de soutien du chérif à ce combat, il a fustigé le régime IBK qui, pendant cinq ans, n’a fait que régresser le pays les promesses n’ont pas été tenues et le Mali est au bord du gouffre. Quant à Dramane Dembélé, Konimba Sidibé, Choguel K Maiga, ils ont tous estimé que les votes du peuple ont été truqués et que les Maliens ont élu Soumaila Cissé et non IBK. Ils ont dit ne pas céder à une quelconque intimidation, ni menace et que ce combat est celui du Mali. Ils ont dénoncé la mascarade et le complot de la communauté internationale qui a pris fait et cause pour une minorité, à savoir les rebelles, en méprisant la majorité. S’agissant de Ras Bath, comme à son habitude, il a harangué la foule par des formules choc, il a scandé les noms des figures emblématiques qui ont marqué l’histoire du monde moderne comme Sankara, Chéguévara, Castro, Lumumba, Modibo, Fily Dabo, avant de fustiger la France et la communauté internationale qui se rendent coupable de complicité de vol et de truquage d’élections. Ras Bath pense qu’IBK est le Président de la Communauté internationale pas celui des Maliens qui ont choisi Soumaila Cissé. Pour lui la bataille sera longue, mais la victoire sera au bout. Pour clore le meeting, Soumaila Cissé a commencé par observer une minute de silence à la mémoire d’un militant décédé à la veille de la marche, avant de remercier toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés pour cette marche qui est celle de la vérité. Il a salué le soutien du Chérif de Nioro et surtout la sagesse des marcheurs qui n’ont « pas touché à une seule branche d’un arbre ». Il a demandé à ses partisans de rester mobiliser jusqu’à la victoire finale, celle de la vérité sur le mensonge, celle du Mali et des Maliens. C’est sur ces notes d’espoir que le meeting a pris fin à 12h.
Youssouf Sissoko
youssouf@journalinfosept.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Marche de l’opposition : Encore réprimée

La marche de l’opposition pour dénoncer les crises qui secouent le pays notamment au Nord …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :