dimanche 21 octobre 2018
Accueil | Economies | Budget programme : Le Mali à l’école du Maroc

Budget programme : Le Mali à l’école du Maroc

Dans le cadre du passage de Budget classique au Budget programme, le Mali fait recours à l’expérience marocaine pour une mise en œuvre efficiente de ladite politique. Ce partage d’expériences a été facilité par le Cabinet Internale consulting de Harouna Sanogo, un Malien vivant au Maroc, depuis une quinzaine d’années.

Le Mali, conformément aux directives de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) dont il est membre, a commencé depuis le mois de janvier l’application du Budget programme. Et pourtant la directive date de juin 2009. Le Mali aura, donc, mis neuf longues années avant d’entamer la mise en œuvre. Il faut, donc, pour lui, aller vite et très vite dans l’application de cette nouvelle approche budgétaire qui vise la transparence, la réédition des comptes, la responsabilisation, le tout en s’appuyant sur la planification stratégique et la mesure des effets. D’où tout le sens du séminaire international organisé par le Cabinet Internale Consulting, visant à partager l’expérience marocaine de plus de dix ans avec le Mali. Le Budget programme nécessite qu’à la fin de chaque année le bénéficiaire des ressources justifie l’utilisation qui a été faite de l’argent mis à sa disposition par l’État. Il en est de même pour les collectivités qui bénéficient du soutien financier du Gouvernement. C’est là que l’expérience marocaine va aider. «Nous devons concilier le Budget programme avec la déconcentration. Car, les collectivités locales, au même titre que les services qui bénéficient des fonds de l’État, doivent rendre compte. L’expérience marocaine doit nous aider à comprendre comment est-ce que les collectivités doivent justifier les fonds reçus et les moyens mis à leurs dispositions», dit Joël Togo, Conseiller Technique au Ministère de l’Économie et des Finances. L’un des défis majeurs que ce séminaire doit permettre de résoudre, c’est la préparation du Budget programme que sont : la préparation, l’exécution et le contrôle. «Tous les pays sont confrontés à ce problème à leurs débuts, et le Maroc va nous aider dans ce sens », assure Joël Togo.

« Il ne s’agit pas de donner de recettes miracles aux Maliens ni de leur faire la leçon sur le Budget programme. Il s’agit, à travers ce séminaire, de permettre aux Maliens de faire l’économie des erreurs que peuvent commettre les États au début de l’application du Budget programme », affirme, Hajarabi Jalil, Consultant marocain. Le recours à l’expérience marocaine est, selon lui, salutaire dans la mesure où, en plus de mettre en avant la coopération Sud-Sud, il est plus judicieux de partager les expériences avec un pays avec lequel on a la même culture financière que d’aller vers des pays développés qui n’ont pas forcement les mêmes cultures en matière de finances publiques.

L’acteur principal de ce séminaire et de ce partage d’expériences est le Cabinet Internale Consult. Résidant au Maroc depuis une quinzaine d’années, Harouna Sanogo d’Internale Consult qui a vu les progrès réalisés par le Maroc grâce au Budget programme    a souhaité faire bénéficier son pays de cette expérience. Selon lui, c’est là leur contribution au développement du pays. «Partout où nous voyons des modèles de réussites et qui peuvent aider le Mali, nous mettons tout en œuvre pour que cela se concrétise », a-t-il déclaré.

Ce séminaire  précède une série d’activités que le Cabinet entend mener au Mali pour son rayonnement économique et pour son progrès.

Mohamed Sangoulé DAGNOKO : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

RAPPORT AFRICA’S PULSE D’OCTOBRE 2018 DE LA BANQUE MONDIALE : Un besoin vital de diversifier les investissements pour créer des emplois et améliorer le rendement des entreprises et des travailleurs

Selon les estimations du rapport d’Africa’s Pulse publié le mercredi 3 octobre 2018, la croissance …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *