lundi 6 décembre 2021
Accueil | Important | Terrorisme au Mali : Iyad Ag Ghali dément les rumeurs de sa mort

Terrorisme au Mali : Iyad Ag Ghali dément les rumeurs de sa mort

Annoncé pour mort en avril dernier, à la suite d’un long omerta ayant suivi sa dernière vidéo datant du 5 août 2014, le Chef du mouvement terroriste Ansar dine, Iyad Ag Ghali, ressurgit du néant pour faire encore planer son spectre sur le nord-Mali. Dans une nouvelle apparition sur vidéo de onze minutes environ, transmise le week-end dernier à l’AFP et à RFI, l’icône du terrorisme au Mali, assis devant un fond sombre avec, derrière lui, le drapeau blanc et noir des djihadistes, menace à nouveau la France et les forces onusiennes. 

Cette nouvelle vidéo réalisée, après 22 mois de profil bas, n’est, certes, ni datée, ni localisée. Cependant, elle comporte un aspect qui lui confère une bonne dose de crédibilité. A partir de la neuvième minute, des images de la récente manifestation à Kidal contre les forces françaises de Barkhane et de la Mission de l’ONU au Mali (MINUSMA). On se rappelle que deux manifestants avaient été tués le 18 avril à Kidal, selon la MINUSMA et la Coordination des mouvements de l’Azawad dont Kidal est le fief. D’après la CMA, les protestataires dénonçaient des arrestations effectuées par la force française Barkhane, qui traque les djihadistes à travers le Sahel.

Iyad Ag Ghali a mentionné cette protestation ayant permis, a-t-il dit, de faire «face à la machine militaire des +croisés+ » et il a réitéré les menaces contre la France et la MINUSMA.

En s’exprimant dans cette vidéo à la fois en arabe et en tamasheq, Iyad Ag Ghali a très probablement voulu atteindre un public plus large. Malgré un turban de couleur blanche, son visage mangé par une barbe, on reconnaît sur la vidéo le leader touareg du groupe islamiste Ansar Dine. Dix minutes durant, il s’est attaqué à la France et à la MINUSMA qu’il qualifie des «forces d’occupation». Mais, il a également critiqué le gouvernement malien pour avoir accepté cette présence étrangère sur son sol.

Pour rappel, Iyad Ag Ghali est originaire de Kidal et fut un Chef rebelle touareg dans les années 1990. Il n’a plus été vu au Mali depuis janvier 2013, année à laquelle il a été inscrit avec son groupe sur la liste noire américaine des organisations terroristes pour ses liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Selon des rumeurs, il aurait été décédé le 5 avril dernier des suites des blessures concédées lorsque son convoi avait été pris pour cible par des agresseurs dans la zone de Boughessa, près de la frontière algérienne. Il sortait à cette occasion hors de sa zone sanctuaire pour rencontrer ses lieutenants et son armée de terroristes sanguinaires.

Le COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

 Contre la mauvaise gestion: Les jeunes de Kidal dénoncent leur gouverneur     

  Depuis quelques jours, des messages WhatsApps des leaders de la jeunesse et des femmes …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils