lundi 17 mai 2021
Accueil | Politique | Réconciliation Nationale : Le RPM contre le retour d’ATT?

Réconciliation Nationale : Le RPM contre le retour d’ATT?

Le retour de l’ancien Président de la République du Mali, Amadou Toumani Touré (ATT) faisait partie des dossiers de réclamation de l’opposition comme facteur de paix et de réconciliation nationale, lors de sa marche pacifique du samedi dernier. Mais, au fond, est ce que l’opposition et le régime sont sur la même longueur d’onde sur cette question ?

 

Dans le processus de paix et de réconciliation entre les Maliens de l’intérieur et de l’extérieur, prôné par les plus hautes autorités de la République du Mali, le retour de l’ancien Président ATT fait aujourd’hui partie des vraies préoccupations du Peuple malien. Une préoccupation partagée par l’opposition démocratique et républicaine. Lors de leurs deux dernières manifestations pacifiques, les Responsables de cette tendance politique n’ont pas hésité à exprimer haut et fort leurs ardents souhaits de voir le retour de l’ancien Président en exil politique au Sénégal depuis le coup d’Etat de mars 2012.

En fait, si ce retour susceptible de marquer spécifiquement l’Histoire du Mali contemporain pourrait contribuer positivement au processus de paix et de réconciliation nationale en cours sous l’égide de l’actuel Régime, il n’en demeure pas moins que le contexte actuel du pays ne lui soit aussi favorable. Le Régime, à l’heure actuelle, joue à la sourde oreille même si, à un moment donné, IBK semblait avoir opté pour cet acte, accuse ATT dans les coulisses de haute trahison. Bien sûr, publiquement, tout porte à croire que l’intention d’engager des poursuites contre le « Soldat bâtisseur» est renvoyée aux calendes grecques. En fait, pour certains proches d’IBK il y a toujours d’inconvénients pour la présence de l’ancien Président ATT au bercail. En tout cas, vu les réalités du moment et le bilan des trois ans d’IBK par rapport à celui de son prédécesseur pour la même période (juin 2005), les acquis ne seront qu’incomparables et cela sur tous les plans (infrastructures, économie, politique, social, sécuritaire, emplois, etc.).

Donc, pour les actuels ténors du pouvoir, si l’on se livrait à des éventuelles considérations d’ordre comparatif, il peut y avoir d’inconvénients. Cela, surtout moralement ; donc, l’ombre d’ATT pèsera aux yeux du Peuple. Surtout quand on sait que la situation actuelle du pays demeure aussi très tendue sur le plan socio-économique; cela, au point de mettre les compétences du leader des tisserands en doute.

Sans même question de poursuites judiciaires, le Régime ne trouve pas d’intérêt à la présence de l’ancien président au pays et l’opposition ne peut rien.

Mais, si, aujourd’hui, il devait être consulté sur la question, il déclinerait l’offre, aux dires de certains observateurs de la scène politique malienne. Ceci, compte tenue de la situation du pays. Donc, rien n’indique avec certitude le retour immédiat d’ATT à son « Sudu Baba ». En tout état de cause, pas après 2018. Bref, l’opposition et le parti au pouvoir n’y semblent pas être sur la même longueur d’onde.

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Affaire d’outrage aux magistrats: Me Kassoum Tapo appelle les fans de Ras Bath à se calmer

Le procureur du Tribunal de grande instance de la Commune V a décerné un mandat …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils