vendredi 1 juillet 2022
Accueil | Politique | Promesses électorales : IBK respectera-t-il ses engagements ?

Promesses électorales : IBK respectera-t-il ses engagements ?

Faute d’avoir tenu ses promesses faites à ses compagnons d’armes, le Président de la République de Côte-d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattara, vient d’être secoué par des militaires qui réclamaient le reliquat de 7 millions sur les 14 millions de francs CFA qu’il leur avait promis. Il a fallu s’acquitter de l’intégralité de cette somme, hier mardi 16 courant, pour voir la mutinerie cesser. Il été contraint à respecter ses engagements.

Nos candidats aux différentes élections ont pris la mauvaise manie de promettre monts et merveilles et de jouer les « morts » une fois élu. Pour ne pas respecter les promesses faites aux populations, ils évoquent les situations économiques, avancent souvent des arguments bancals qui peinent à convaincre. L’essentiel pour eux étant d’être élu sans se soucier de leurs engagements. Car, en réalité, ils ne peuvent pas les tenir faute de Budget. Alors, il serait temps que nos Hommes politiques apprennent à faire des promesses réalisables. Sinon, même si l’agissement des militaires est à condamner, ce serait le recours à la violence pour les contraindre à respecter leurs engagements. Nos politiciens ont longtemps bénéficié de la boutade qui dit que «les promesses n’engagent que ceux qui y croient», mais il faut dire que la donne a tendance à changer. Désormais, les promesses engageront plus ceux qui les tiendront que ceux à qui elles doivent profiter. Pour ceux-là qui en doutent encore, le cas d’Alassane Dramane Ouattara de la Côte-d’Ivoire pourra toujours en témoigner.

Ainsi, sans ambages, force est de constater que le Mali ne fait pas exception à ces engagements non tenues. Du moins, pour le moment.

En tout cas, l’on a vu le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, au moment des campagnes électorales, en 2013, faire des promesses qu’il peine aujourd’hui à tenir. Il s’agit, entre autres, de la création de 200.000 emplois, faire «Chaque Etudiant, un ordinateur », etc.

Las d’attendre, les jeunes chômeurs battent régulièrement le pavé, distribuent des tracts pour réclamer les emplois promis.  Le projet « un Etudiant, un ordinateur », on en parle même plus. Comment peut-on, d’ailleurs, en parler quand ces Etudiants ne vont pas à l’école à cause d’incessantes grèves de leurs Professeurs ? Des Enseignants à qui on avait solennellement promis l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

L’année 2016 au Mali a été l’une des  plus riches en grèves de cette dernière décennie. 2017 a débuté sur la même ébullition du front social. Si, dans le cas du Mali, une mutinerie n’est pas envisageable , car, le Régime d’IBK ayant à l’esprit les récents évènements de 2012, fait tout pour ne pas frustrer les Hommes en tenues, en les  contentant d’une loi d’orientation de plusieurs milliards, cela n’est pas le cas pour le front social, où le mépris et le dénie des engagements pris est la règle.  S’il est vrai que des efforts ont été fournis par le nouveau Gouvernement dirigé par Abdoulaye Idrissa Maïga pour faire cesser des mouvements de grèves, il faut savoir que c’est à la suite d’un certain nombre d’engagements clairement pris. Toute chose qui ne donne qu’un temps de répit au Gouvernement. Car, si la mise en œuvre de ses engagements n’est pas effective, le sentiment de s’être fait dupé que pourraient ressentir les acteurs des secteurs concernés risque d’être une onde de choc qui va sérieusement secouer la République.  Avec ce qui vient de se passe chez  notre voisin ivoirien, il urge qu’IBK  ait le flair de tout mettre en œuvre pour tenir ses promesses faites et aux populations civiles et à l’Armée. Donc, en respectant les engagements pris il  évitera à notre fragile pays tout risque de soulèvement populaire.

Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

MASSACRE DES CIVILS À DIALLASSAGOU: La Minusma ouvre une enquête  

  La Minusma vient de déployer une mission d’établissement des faits au village du Diallassagou …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils