samedi 24 octobre 2020
Accueil | Politique | Politique: Maïga, le premier violon à la primature

Politique: Maïga, le premier violon à la primature

La désignation du nouveau Chef de Gouvernement par un décret pris par le Président IBK et lu à la télévision d’Etat est-elle, au final, un non évènement… ? On y verra. En tout cas, c’est le triomphe du politiquement correct. Abdoulaye Idrissa Maïga, le 1er violon de l’orchestre à la primature, le RPM est tombé dans son histoire, il a tous les leviers de commande. Tout semble calme du côté de la Primature. Enfin, presque.

Ce coup ici, le Président IBK jette-t-il la trouble par la désignation de son PM ? D’ordinaire, lorsqu’on évoque les dessous des cartes (à jour), on suggère l’existence d’une vérité dissimulée, d’une tricherie occulte ( ?). Ici, ce n’est pas de cela dont il est question, ni de poker mais il s’agit de Géographie politique. Les cartes du même nom, si l’on prend le temps de les regarder pour ce qui est de cette nomination, ne cachent rien, bien au contraire Maïga à la primature, nous tombons sur une vérité factuelle qui dynamite ou dissipe les discours sentencieux des tisserands quand ils tirent leur dernier congrès refondateur, dirons-nous. Voici ce qu’on dit dans les ficelles de ce jeu de roublard du foot, où le catenacio règne, où ce n’est pas forcément le meilleur ou le plus costaud qui l’emporte, mais le plus futé. L’émotion du match politique est toute là. Pour le reste, tout est nickel, jusqu’à sa ligne de défense du régime IBK. Le Président de la République choisit une tête de gondole RPM pour la 2e Institution de la République.

La belle prise. Comment mieux faire les ravalements de façade signifie le changement de ton au Gouvernement ? L’homme avait été son Directeur de campagnes en 2013, le Président désigne son Chef de Gouvernement. Exposition maximale. Tout porte à croire que les QG de campagnes prendront leurs quartiers à la primature en 2018. L’épisode biographique de la recomposition du Bureau politique du RPM à l’issue d’un dernier congrès comble désormais Koulouba qui espère récupérer tout azimut. IBK avait-il goûté que son poulain Maïga ne soit même pas élu au poste de 1er Vice-président du Parti ? Maïga à la primature, c’est un exemple (unique ?) dans la haute fonction publique qui, pour la cause du RPM, se multiplierait comme des petits pains comme on le dit. Voici ce que pourront dire de lui les fins connaisseurs : la brutalité, ce n’est pas son genre. Etant pris si proche, en attendant, cela angoisse ses partisans et amis. Maïga vient d’atteindre un de ses objectifs. Derrière cet optimisme, il y a un pragmatisme qui est bien davantage un trait de caractère. Chez nos politiques, cet ingénieur de formation n’est pas le plus capé. Mais il est sans rival dans l’expérience des campagnes d’IBK. Celles qu’il a conduites lui-même. Celles qu’il a animées pour d’autres. Nous allons finir pour le dire, celles qu’il a observées avec une passion d’entomologiste. La campagne, ne le dit-on pas, c’est le moment soi de la politique, qui en dit la substance et révèle, en quelques semaines, sa véritable nature. Il y a, dans cet exercice singulier, des gestes techniques que Maïga connait mieux que quiconque. Aux yeux de ce dernier, le match électoral est secondaire au regard de l’enjeu. Comme pour une présidentielle ! Seule la victoire est jolie, en 2018 à ses yeux. On sait, par exemple, que, durant les campagnes de 2013, il était de ceux qui ont accompagné IBK dans son aventure présidentielle, à refuser les angles trop nets et la cristallisation trop rapides. Pour Maïga, le socle ‘’Rassemblement’’ sera un viatique pour la route. Mais il reste le plus insaisissable dans sa manière de conserver, par principe, au fond de sa poche, les cartes qu’il ne retournera que si l’évènement l’exige. Son monde de réflexion semble être celui du buvard qui s’imprègne. Pour la mission qu’il prend en charge désormais sa méthode sera faite ‘’à son rythme et à sa main’’. Pour contrevenir aux règles de ce genre de batailles. En 2018, à l’occasion des élections présidentielles, le Peuple malien dira dans quelle voix et à qu’il confiera l’avenir du pays pour 5 ans à venir. Alors, verra-t-on, si cette Génération de Maliens est molle ou pas genou…

KONE : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

LA JUNTE TOUJOURS PRESENTE DANS LE JEU POLITIQUE : ces quelques éléments qui éveillent des soupçons

Après un passage avide dans les méandres de l’incertitude institutionnelle, le Mali renoue peu à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils