mardi 25 février 2020
Accueil | Politique | Nouveau gouvernement : La loi sur la promotion du genre encore piétinée

Nouveau gouvernement : La loi sur la promotion du genre encore piétinée

Elles sont au nombre de huit sur un total de 34 membres dans le nouveau gouvernement de Modibo Kéïta. Ce nombre est en violation de la loi N° 2015-052 du 18 décembre 2015 « instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives ». Cette loi prévoit un quota de 30% au moins pour l’un ou l’autre sexe.

Décidément, le Président de la République et le Premier Ministre sont les premiers à violer une fois de plus cette loi. Et pour cause: ce nouveau gouvernement ne compte que 8 femmes au lieu de 9. Alors que la loi est claire. En effet, l’article 1er de cette loi stipule qu’à ‘‘ l’occasion des nominations dans les institutions de la République ou dans les différentes catégories de services publics au Mali, par décret, arrêté ou décision, la proportion de personnes de l’un ou de l’autre sexe ne doit pas être inférieure à 30% ». Sur cette base, au moins 9 femmes devraient être nommées ministres dans le gouvernement du jeudi 7 juillet 2016.

Avec ce gouvernement, on y dénombre 8 femmes sur 34 membres (soit deux de plus que dans l’ancienne équipe). Avec ce nombre, malgré l’adoption de cette loi, les femmes sont encore marginalisées.

Le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta et le Premier Ministre Modibo Kéïta, qui sont supposés disposés à montrer le bon exemple avec la formation de ce gouvernement, piétinent une fois de plus la loi sur la promotion du genre.

Avec l’adoption et la promulgation de la loi « instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives », les Maliennes comptaient avoir au moins 30% des postes ministériels. Mais hélas ! Alors, cela servirait à quoi d’adopter une loi, si elle n’est pas respectée ou appliquée à la lettre?

Si le Président de la République et le Chef du gouvernent ne respectent pas cette loi, qui, alors, pourraient-ils accuser ou contraindre un jour, en cas de violation ou de non respect des textes en vigueur en la matière?

Il est vraiment temps de respecter les engagements pris si on veut aller de l’avant.

Salimata Fofana : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Crise au Mali et au Sahel: La situation sécuritaire se détériore à un rythme alarmant selon l’ONU

L’ONU a réitéré, mercredi, au Conseil de sécurité sa détermination à travailler avec tous ses …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils