lundi 14 juin 2021
Accueil | Editorial | Municipalités: la donne pourrait-elle changer ?

Municipalités: la donne pourrait-elle changer ?

Nous y voilà ! Le 20 novembre prochain, la plupart des Maliens sont appelés aux urnes pour les élections municipales partielles malgré une polémique qui subsiste à ce sujet et dont on s’en serait bien passé. Selon des leaders de certaines communautés au nord du Mali, ces élections sont inadmissibles.

Cependant, « la roue tourne », les critiques, les pétitions et autres…n’ont pas arrêté Ibrahim Boubacar Kéïta. Quoiqu’il en soit, la course est engagée. Le signal vert pour le départ est allumé.

A l’évidence, c’est un sujet périlleux pour l’Etat, mais posons-nous la bonne question : IBK n’aurait-il pas été pris dans un piège qui le contraint de réfuter toutes convictions correctes et d’adhérer aux vues erronées de la communauté internationale?

Probablement !

Pourtant, il est certain que l’application de l’accord de paix aurait dû être la priorité des priorités. Car, cet accord est indispensable, voire vitale pour un véritable climat de vivre ensemble, tout comme l’est une justice indépendante…et juste. En conséquence, le non respect de cet accord menace la paix au Mali. Une quiétude qui est capitale pour la survie du pays.

En fait, ce qui pose problème, de très sérieux problème devrait-on insister, c’est comment allons-nous sortir de cette forme d’engrenage ?

Bien que les élections soient un sujet à controverse, maintenant les dés sont jetés, gardons à l’esprit l’essentiel qui est le bon déroulement de la campagne.

Autrement dit, les candidats doivent faire mieux que les maires sortants en apportant des projets valorisant leurs communes respectives. Et faire comprendre à leurs électeurs que leur but n’est pas l’enrichissement personnel.

Or, il n’en est rien ; nous le savons tous. Ils continueront leur petit manège en détournant les citoyens des vraies préoccupations. Plus encore, à travers cette campagne, ils confirmeront un peu, sinon beaucoup, pas passionnément que l’on nous prend tout à la fois pour des bourriques. Un vrai troupeau qui est conduit par des billets de Banque aux urnes, les citoyens ! Et ce ne sont pas les rhétoriques livrés par leur campagne électorale qui prouveront le contraire.

En revanche, il y a des pays où les maires se rivalisent d’imagination pour laisser une trace de leur passage dans leurs communes en œuvrant pour le bien être des populations. Ces élus doivent être des Hommes de confiance et des percepteurs intègres pour leurs municipalités. Ce qui est loin d’être le cas chez nous!

Autrement dit, humaniser les élections au-delà des arguments de campagne électorale serait une conduite plus qu’honorable pour les tenants d’une République attentionnée et protectrice. Mais, pour ce faire, il faut que les politiciens arrêtent d’agir de façon la plus fourbe qu’il soit et la plus irrespectueuse envers les honnêtes citoyens qui vont voter pour eux.

En somme, un bon Maire est celui qui redonne à sa commune ce qui lui a été apporté par les Habitants. Un maire qui est prêt à donner son boubou et son temps à sa commune.

Une certitude ! On ne perd rien de son identité à viser toujours les intérêts communs.

Neïmatou Naillé Coulibaly

COULIBALY

Voir aussi

L’indispensable soutien à Bah N’Daw

Il n’y aura pas un jour de plus. Au terme des 18 mois, le Mali …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils