samedi 12 juin 2021
Accueil | Important | Journée panafricaine des femmes : Pleins phares sur l’assainissement

Journée panafricaine des femmes : Pleins phares sur l’assainissement

«Comment promouvoir la participation communautaire dans l’assainissement au Mali». Tel était le thème de la journée panafricaine des femmes, célébrée le 1er août dernier. C’est la salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture Amadou Hampathé Ba qui a accueilli cette journée placée sous la Haute Présidence de la Première Dame du Mali, Mme Kéïta Aminata Maïga.

 

Initialement programmé pour le 31 juillet, le Mali a célébré, quant à lui, la Journée panafricaine des femmes, le lundi 1er août. En effet, l’Organisation panafricaine des femmes (OPF), appelée à l’origine Conférence des femmes africaines, a été créée le 31 juillet 1962 à Dar-Es Salam, en Tanzanie, par les femmes leaders d’Afrique. La commémoration du 31 juillet a été instituée au Congrès de l’organisation à Dakar en 1974. Cette Journée de commémoration offre l’opportunité aux femmes africaines de capitaliser les réalisations accomplies en faveur de l’égalité des sexes et de renforcer les débats autour des droits de la femme et du développement du continent noir. Certes, des progrès ont été réalisés ça et là, mais les défis restent énormes.

Au Mali, l’édition 2016 de la journée panafricaine des femmes a mis l’accent sur la participation communautaire dans l’assainissement.

La Secrétaire Exécutive Régionale de l’Organisation panafricaine des femmes pour l’Afrique de l’Ouest, Mme Diallo Kama Sakiliba, dira que l’assainissement est un thème évocateur et interpelle chaque membre de la communauté à s’investir dans l’action. Elle pense que l’assainissement est un geste de tous les jours et cela doit être compris comme tel. «Le cadre de vie est le premier facteur qui détermine l’état de santé des populations. Un environnement salubre contribue à lutter contre les maladies», a-t-elle ajouté.

Mme Diallo Kama Sakiliba réaffirme l’engagement de l’OPF à soutenir tous les efforts du Gouvernement dans la protection et la préservation de l’environnement en général et de l’assainissement en particulier.

La Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Ba, rappelle que la journée du 31 juillet continue à être le symbole du courage et de l’engagement de la femme africaine ; car, selon elle, cette journée africaine offre un cadre privilégié d’échanges et de dialogue entre les femmes elles-mêmes d’une part, et, de l’autre, entre les femmes et leurs Gouvernements sur les sujets brûlants qui affectent leur vie.

Parlant du thème central de la journée panafricaine des femmes, la Ministre Sangaré Oumou Ba soutient que la participation communautaire est un élément essentiel des politiques et programmes du Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Elle est convaincue que pour accélérer le changement de comportements favorable à l’accès à l’assainissement, les femmes et les filles doivent entreprendre des campagnes de sensibilisation des communautés sur leur rôle dans l’assainissement et son impact sur la santé. Elle encourage le plaidoyer auprès des décideurs, des autorités et des Partenaires techniques et financiers en vue de soutenir les initiatives d’assainissement et la mobilisation sociale autour des activités d’assainissement telles que les journées de salubrité.

En lançant officiellement le projet «Gérons notre commune: cas de l’assainissement», la Première Dame, Mme Kéïta Aminata Maïga, Présidente de l’ONG AGIR, a dit que «les ménages sont producteurs de la majeure partie des déchets solides et liquides. Nous devons nous adapter aux règles de la ville et cesser que nos villes ne soient des villes-villages. Nous en avons la capacité, une capacité qui ne demande pas de financement. C’est notre comportement quotidien, des petits gestes pour éviter de produire beaucoup de déchets, des petits gestes pour jeter mieux les déchets qui rendront notre environnement sain. C’est une question de volonté. C’est vrai que les habitudes sont têtues mais quand on veut on peut».

La journée a été marquée par un défilé en tenues traditionnelles des Communautés africaines vivant au Mali, un sketch sur l’assainissement, une projection de film documentaire sur «Regards sur Bamako », le tout couronné par la remise d’attestations à la Première Promotion du Centre de Formation Madame Attaher Jeannette Haïdara et la remise symbolique de matériels d’assainissement par la Première Dame Kéïta Aminata Maïga.

Salimata Fofana

COULIBALY

Voir aussi

Société d’État: Les DG et PDG dans la tourmente

C’est une ambiance électrique qui règne dans le cercle des  DG et PDG à la …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils