lundi 6 décembre 2021
Accueil | Important | Homme politique de l’année 2016: Moussa Mara et Amadou Thiam au coude à coude ?

Homme politique de l’année 2016: Moussa Mara et Amadou Thiam au coude à coude ?

L’échiquier politique national aura été marqué courant année 2016 par l’ancien Premier Ministre, Moussa Mara, et le Président de l’ADP/Maliba, l’Honorable jeune Amadou Thiam. Deux figures majeures notamment qui ont défrayé la chronique de par leurs initiatives et de leur preuve de courage et de bravoure défiant les hautes sphères du pouvoir en place. Le premier n’ayant pas eu froid aux yeux pour afficher très tôt ses ambitions pour 2018 et, ce, à un moment où le second faisait quant à lui sensation en claquant la porte de la majorité présidentielle à l’Assemblée Nationale, ces deux Hommes politiques ont de quoi ravir la vedette aux autres susceptibles de se faire coiffer la couronne d’Homme politique de l’année.

Lorsque Moussa Mara, muni de son statut d’ancien Premier Ministre et de Président du parti Yéléma, arpentait les couloirs des mosquées à la rencontre des leaders religieux avec lesquels il tenait des réunions sur les sujets d’actualité, nul n’ignorait qu’il entendait ainsi apporter sa contribution à l’édifice de la nation. Ejecté du navire primature aux commandes duquel il avait effectué une visite-bourde à Kidal dont les conséquences sont connues de tous, le Président du parti jaune et vert a voilé son basculement dans l’opposition au régime par des sorties tonitruantes à faire de lui un sérieux challenger de son ancien patron pour les échéances électorales de 2018. C’est ainsi qu’en outre de ses tournées faites aux allures de campagnes à l’intérieur du pays, il s’est montré impressionnant au sujet d’une éventuelle poursuite judiciaire contre sa personne pour sa supposée responsabilité dans la tragédie survenue à Kidal  en mai 2014.  Moussa Mara n’en était aucunement pas effrayé et s’était d’ailleurs dit «serein et à la disposition de la justice». Cette sérénité de l’ancien Chef du Gouvernement découle du fait qu’il n’est point allé de son propre chef à Kidal, même s’il avait tenté d’en récupérer l’exploit. Il peut se prévaloir d’avoir choisi l’aventure sur instruction d’une autorité au dessus de sa personne d’alors. Et, comme pour enfoncer le clou, l’ancien Maire coqueluche des Habitants de la Commune IV dit à qui veut l’entendre qu’il le ferait si c’était à refaire. C’est dire qu’il ne regrette aucunement d’avoir laissé sur le rempart des centaines d’Hommes sans avoir atteint ses objectifs, ceux d’installer l’armée et l’administration à Kidal. Pour clore l’année en toute beauté dans sa tendance à narguer ses amis d’hier, le Président du Yéléma a choisi de passer le réveillon loin de sa famille civile et politique mais plutôt avec les FAMA à Gao.  En visite dans la cité des Askia, depuis le 30 décembre dernier, l’ancien Maire de la Commune IV du District de Bamako a partagé le repas de réveillon avec les Hommes de la troupe des Forces armées et de sécurité maliennes après avoir visité sur le terrain certaines de leurs positions dans la Région. De quel droit ou en vertu de quel pouvoir il entreprend une telle démarche ? Est-on tenté de se demander (ndlr : de l’autre côté chut !!!).

Le second à s’être illustré le plus sur la scène politique de ces 12 derniers mois dans notre pays n’est autre que l’actuel Président de l’ADP/Maliba, le jeune Amadou Thiam. Porté au devant de la scène politique nationale à la suite des législatives de 2013 qui l’ont propulsé à l’Hémicycle où il a occupé, dans un premier temps, le poste de 2e Vice-président de l’institution en raison de son âge (34ans à l’époque), il a surpris plus d’un par sa transhumance du parti présidentiel à l’opposition. Auteur d’une belle saignée infligée à la Convention de la Majorité présidentielle (CMP), l’Honorable Amadou Thiam a fait toutes les preuves d’un jeune loup aux dents longues pour avoir réussi à emporter avec lui de la CMP le nombre de Députés nécessaire à la formation du groupe parlementaire ADP/Maliba-SADI. Cette donne politique, loin de plaider à la faveur de la réélection du Président IBK en 2018, dénote, au contraire, les ambitions de la jeunesse qu’incarne désormais le tandem Amadou Thiam et Oumar Mariko puisque ce dernier y voit déjà une alternance au pouvoir en 2018. Et, comme pour servir de cerise sur gâteau dans leurs ambitions pour Koulouba,  l’ADP/Maliba n’a pas hésité à faire siens les dossiers brûlants de l’heure ; notamment, la grogne des Maliens de France. C’est ainsi qu’une forte Délégation de l’Alliance pour la démocratie et la paix a sacrifié le réveillon pour se rendre à Paris. La mission du parti est conduite par le Président, l’Honorable Amadou Thiam, accompagné, entre autres, de sa Secrétaire aux Maliens de l’Extérieur, Fatoumata Bomou. L’objectif est de s’enquérir de la préoccupante situation qui prévaut depuis l’occupation du Consulat du Mali par des Maliens de la France.  Il s’agit là d’une initiative par laquelle le jeune Député, revanchard depuis que le RPM lui a arraché son poste au présidium de l’AN, se hisse involontairement au dessus de la mêlée en ce sens qu’une telle débauche d’énergie physique et financière ne peut ne pas constituer un facteur déterminant dans le baromètre devant dégager l’Homme politique 2016. Du coup, l’Honorable Thiam pourrait se retrouver en ballotage favorable avec l’ancien Premier Ministre Moussa Mara au podium ; lequel pourrait faire de ce dernier dauphin du Député au cas où le facteur âge devrait servir de critère dans le choix. Avantage donc au moins âgé pour un record de prouesses réalisé qui, plus, est dans un laps de temps.

Katito WADADA : LE COMBAT

COULIBALY

Voir aussi

Sommet de la CEDEAO du 12 décembre: Va-t-il accoucher de nouvelles sanctions ?  

     Après avoir interdit de voyager à plus de 140 personnalités dans le pays, excepté …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils