dimanche 17 octobre 2021
Accueil | Politique | Élection présidentielle : À moins de 3 mois, l’opposition se dit inquiète

Élection présidentielle : À moins de 3 mois, l’opposition se dit inquiète

À moins de trois mois du scrutin présidentiel prévu pour le 29 juillet prochain, l’opposition ne cesse de se poser des questions. Les attaques se multiplient dans le Nord comme au Centre du pays contre l’armée malienne et les forces internationales. Les enlèvements sont récurrents et l’absence de l’État ne reste pas en marge dans de nombreuses localités. Face à cette situation, Tiébilé Dramé, le Président du Parti pour la Renaissance Nationale, PARENA, sur les antennes du Studio Tamani, demande aux autorités maliennes comment elles vont s’en prendre. 

L’opposition se dit inquiète de  la montée du phénomène d’insécurité dans le Nord et le Centre du pays. Ainsi, pour cette élection présidentielle, la grande difficulté dont la solution reste à désirer est l’insécurité montante dans certaines localités du Mali.

C’est dans ce contexte que le Président du Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA), Tiébilé Dramé, joint par nos confrères du STUDIO TAMANI s’interroge. Il demande aux autorités d’édifier la population sur la manière dont elles vont faire pour distribuer les cartes d’électeurs dans le Centre du pays. Selon lui, c’est de la violence qui se vit dans toutes ces Régions à savoir Koro, Djenné,  Kouakrou, Koa et dans les alentours de Diafarabé.

Toutefois, le Gouvernement reste persuadé de la bonne tenue de ce scrutin et rassure qu’il se tiendra à la date indiquée. Le Ministre de la Sécurité, invité du grand dialogue du STUDIO TAMANI, a annoncé que des dispositions sont prises pour la sécurisation du processus électoral. «Nous sommes dans l’accompagnement pour assurer le minimum des conditions pour permettre la tenue des élections», a dit le Général Salif Traoré, Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile. Il a aussi ajouté qu’un guide pratique des forces de défense et de sécurité en période électorale a été mis en place et que le document sera distribué à tous les Agents.

En attendant, les enlèvements et attaques perpétrés par des Hommes armés restent préoccupants. Le dernier cas d’enlèvement a eu lieu jeudi dernier, dans la Région de Mopti. Deux Enseignants du lycée de Téninkou ont été enlevés par des Hommes armés dont la destination reste inconnue.

Adama A. Haïdara : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Paris et Bamako à couteaux tirés: Choguel jouerait à un jeu politiquement dangereux ?    

  De son intervention à la tribune des Nations-Unies en septembre à ses récentes déclarations …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils