mercredi 27 octobre 2021
Accueil | Politique | Mme Diarra Raky Talla : une autre complice d’un mensonge d’Eta

Mme Diarra Raky Talla : une autre complice d’un mensonge d’Eta

En plus de Maouloud Ben Kattra du ministère de l’Emploi et la Formation professionnelle, Mme Diarra Raky Talla de la Fonction publique sans oublier Ibrahim Ag Nock de l’ANPE, ont, eux aussi, tous activement participé à ce conglomérat de foutaises injurieusement élaborées dans le seul objectif de réussir le pari d’un mensonge insolent divulgué au péril de tous les chômeurs du Mali.
La même ministre du Travail qui, lors des négociations avec les salariés de l’Huicoma, avait été carrément vomie par les femmes de Koulikoro qui l’ont frontalement traitée de « ministre menteuse », car n’ayant respecté aucune de ses promesses, est la même dame qui s’est gaillardement érigée en « défenseuse attitrée » de la politique mensongère d’IBK en ce qui concerne les 200 000 emplois promis aux Maliens lors des campagnes présidentielles. Cette posture fallacieuse, outre son arrogance démesurée, lui vaut aujourd’hui tout le désaveu des Maliens.
Il est, en outre, nécessaire de signaler que le nombre intégral des volontaires de l’Apej ayant bénéficié d’un an de stage dans différents services publics ou privés depuis l’amorce du quinquennat présidentiel, a aussi été pris en compte dans les statistiques du ministère de l’Emploi toujours dans la même et seule optique de maquiller des chiffres.
Même le nombre de toutes les personnes enregistrées à l’Office national du transport (ONT) comme nouveaux acquéreurs de permis de conduire (toutes catégories confondues) depuis le début du mandat d’IBK, a été frauduleusement comptabilisé dans une statistique de propagande qui n’a jusqu’ici convaincu personne en termes d’emplois offerts aux Maliens comme ne cessent de le prétendre les thuriféraires du régime.
Comme on le voit sans équivoque, tout ce tas de mensonges racontés autour des 200 000 emplois par le régime et ses concussionnaires de premier ordre devrait encore une fois permettre aux Maliens de mieux connaître le genre d’homme qu’ils ont maladroitement élu à la tête du pays. Car, en définitive, l’on constate très clairement que le bien-être du peuple malien n’a figuré qu’en dernière ligne du projet de société du président Ibrahim Boubacar Kéita et, de surcroît, en caractères invisibles.
Dilika Touré LA SIRENE

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Vers la saisie des biens des fils d’IBK: Un acolyte de Bouba visé par des enquêtes   

  La lutte contre la corruption au Mali prend, depuis le début de la seconde …

Laisser un commentaire

error: Contenu est protégé !!
Aller à la barre d’outils