dimanche 13 juin 2021
Accueil | Politique | L’URD sur le point d’être cédée au plus offrant? La mémoire de feu Soumaïla Cissé déshonorée

L’URD sur le point d’être cédée au plus offrant? La mémoire de feu Soumaïla Cissé déshonorée

Depuis le décès brusque du chef de file de l’opposition et président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), en décembre 2020, force est de constater que la relève peine à être assurée par les cadres du parti, malgré l’assurance ferme faite par le premier vice-président au sujet d’une candidature au sein du parti pour 2022.

Plutôt que de voir les cadres valeureux du parti de la poignée de main, forcer l’admiration et prendre la relève après le rappel à Dieu de Soumaïla Cissé, l’on assiste à un feuilleton indigne de celui que les membres du parti avaient promis lors de la récente assemblée générale du parti : “choisir un candidat pour représenter le parti à l’élection présidentielle au moment venu’’.
En effet, tout avait commencé avec l’adhésion, tambour battant, de l’ancien ministre de l’Économie et des Finances et candidat à la dernière élection présidentielle au Mali (2018), Mamadou Igor Diarra.
Il a rejoint l’Union pour la République et la Démocratie (URD), ce qui avait classé le parti malgré la perte d’un homme plus attendu que personne d’autre à la magistrature suprême, parmi les formations politiques de premiers rôles aux prochaines élections législatives et présidentielles.
L’arrivée de ce cadre chevronné, Mamadou Igor Diarra, est révélatrice. Beaucoup ont vu en lui, le prochain et probable porte-étendard de l’URD.
Depuis la publication du calendrier électoral, d’autres rumeurs en voie de devenir des clameurs annoncent l’ancien PM, Boubou Cissé, du dernier gouvernement du régime déchu d’IBK, pour être le sérieux prétendant, après avoir non seulement adhéré à l’Union pour la République et la Démocratie (URD) de l’ancien chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé, mais il serait présenté aujourd’hui comme celui qui serait le futur candidat de l’URD.
De toute évidence, la politique a ses principes que les principes de la raison occultent. Mais, le bon sens voudrait aussi que chaque parti qui naît puisse grandir. Cependant, remettre la clé d’une maison à un étranger comme la farce qui se joue actuellement à l’URD semble sortir de l’ordinaire à plus d’un titre. Il apparaît clair que le bourreau d’hier pour des raisons que seuls les membres de ce parti sans berger peuvent expliquer, est celui que certains militants de l’URD, trouvent être le messie pour sauver le parti orphelin de son président.
Toutefois, cette tentative menée par un groupe de militants est qualifiée par d’aucuns “d’incestueuse’’ alors que d’autres la trouvent conforme aux textes de l’URD.
De toute évidence, cette situation émane du fait du nerf de la guerre. Et au sein du parti, il est difficile de trouver un membre capable de prendre financièrement en charge le parti. Mais la question qui se pose et reste à ce jour sans réponse est de savoir pourquoi les cadres ne veulent pas conjuguer des énergies pour positionner un candidat au lieu de vouloir céder un parti tel l’URD au plus offrant avec les conséquences que l’on connait.
Jusqu’alors, la fronde se tient dans les coulisses, mais en tout état de cause, la candidature de Boubou Cissé, si elle doit avoir lieu, devrait se faire sur une base consensuelle. Sinon, elle risquerait ni plus ni moins de fragmenter les militants et cadres du parti. Ce qui fera également plus de mal à l’URD que de bien et peut même conduire à une disparition inattendue de l’URD. Il est impensable aux yeux de l’opinion de concevoir que l’ancien Premier Ministre d’IBK puisse être le candidat du principal parti de l’Opposition. Même si le parti traverse un moment difficile et mérite une restructuration, mieux vaut prendre du temps que de vouloir liquider les acquis de feu Soumaïla Cissé en maintenant la flamme de la lutte démocratique qu’il a lui-même insufflée que de confier la clé de la maison à quelqu’un dont le parcours n’est peut-être plus enviable. Le faire est une volonté de déshonorer la mémoire de feu Soumaïla Cissé.
Bourama Kéïta LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Transition au Mali: Vers le non-respect du délai par les militaires

Décidément, on voit les militaires venir. Les 9 mois restants ne sont pas tenables pour …

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils